Heroes – I Am Sylar (3.24)

Sylar rencontre des difficultés avec ses changements de physique. Hiro et Ando partent à l’assaut de leur ennemi. Matt ramène son fils chez sa mère.

Sylar a des problèmes d’identité et pas des petits. Le voilà qui ne sait plus vraiment qui il est, changeant de physique pendant son sommeil, devant perpétuellement être quelqu’un d’autre. Dur pour une personne à l’égo démesuré.

C’est autour de ça que tournera une partie de cet avant-dernier épisode de la saison, car oui, la semaine prochaine, ce chapitre va trouver une conclusion. Malheureusement, aucune véritable piste n’est placée pour faire monter la pression. Certes, la situation évolue quelque peu, mais entre la folie des grandeurs qui s’est emparée de Sylar, Hiro et Ando qui s’attaquent seul à l’ennemi et Matt qui retourne son fils à sa mère, on ne peut pas dire que cela ai l’amplitude qu’une explosion programmée de New York pouvait avoir.

Si on passe outre cela, cet épisode contient quelques éléments qui auraient pu être intéressants. D’abord, Sylar qui règle les problèmes avec sa mère. Le personnage creuse encore plus son statut de psychopathe désillusionné cherchant un but, alors que la question semblait pourtant être résolue après la rencontre avec son père. La personnalité versatile du célèbre bad guy a toujours eu tendance à le pousser à faire tout est son contraire, et ce, presque en continu. Un coup méchant, un coup gentil, un coup sans pitié, un coup miséricordieux, un coup décidé, un coup indécis. Cela devient vraiment lassant, car ses recherches identitaires ne paraissent pas pouvoir trouver un jour une fin qui lui conviendra, et qui permettra au scénariste d’arrêter de le réécrire en permanence.

À côté, nous avons Ando et Hiro, aka Batman et Superman. Ensemble, ils doivent faire tomber le « Building 26 ». Ils ont un plan, mais aussi quelques conflits d’intérêts à résoudre. Le petit twist final intervient là où l’histoire devenait intéressante. Tout comme l’épisode s’arrête quand Sylar se montre surprenant et que Matt prend une décision.

Bref, il ne faudrait pas oublier le brave Rebel, qui ne fait plus grand-chose en ce moment et qui va se faire pourchasser. L’intermède est plus ou moins inutile, car Micah n’aura aucune influence sur les évènements.

Si la saison ne devait pas se conclure la semaine prochaine, nous aurions un épisode correct, souffrant de défauts inhérents à la série, mais pas pour autant dénués d’idées qui n’auraient certainement jamais été développées plus que ça. Malheureusement, vu la position dans la saison, il y aurait dû y avoir plus, de quoi nous faire languir, des enjeux concrets et majeurs. On termine comme souvent sur quelques twists, mais rien qui a l’envergure nécessaire pour introduire un final dantesque. C’est peut-être là que l’on trouve le principal handicapé de ce chapitre, un manque de direction et d’ambition. Il n’y avait qu’un pitch efficace, mais cela ne fut jamais transformé pour devenir un moteur scénaristique conséquent.

La fin peut toujours me contredire, espérons-le.