Heroes – Into Asylum (3.21)

Nathan et Claire trouvent refuge à Mexico. Peter et Angela se cachent dans une église. Danko accepte l’aide de Sylar pour chasser un homme qui a le pouvoir de changer son apparence.

Voilà ce que l’on appelle un épisode de transition de bien maigre intérêt. Enfin, pour ses deux tiers en tout cas.

On commence par Nathan et Claire à Mexico. Sans plan, sans un sou, ils sont un peu coincés. Heureusement, le sénateur sait utiliser son cerveau et se lance dans un petit dinking game avec un jeune. Oui, dès le départ il n’avait aucune chance, il se nettoie la gorge avec du haut de gamme depuis trop longtemps pour parvenir à tenir la distance. Claire va prendre la relève et, forcément, son pouvoir va l’empêcher de se saouler et elle va gagner. L’intérêt de tout ça, il faut se forcer pour le trouver, mais il semble que le rapprochement familial soit le thème pour les Petrelli dans cet épisode.

Donc, dans le même esprit, Peter et Angela vont se cacher, dans une église, eux. Le fiston en veut à sa maman, mais ils vont quand même réussir à se parler franchement, surtout quand ils croient que tout est fini, car, par un miracle difficile à expliquer, Bennet et ses hommes les découvrent. Bien entendu, Noah ne va pas vendre sa Boss, il a son propre agenda et doit garder des options.

Ces storylines se concluent au petit matin, les deux groupes partent sur la route pour se retrouver avant de compléter la famille en reprenant contact avec la sœur d’Angela, qui semble sortie de nulle part, même pour Peter.

À côté de ça, Danko et Sylar vont collaborer. Ils ont tous les deux un ennemi commun et forment un duo relativement efficace. Certes, au début, il y a des frictions, mais les enjeux sont importants pour chacun et passent devant tout le reste. C’était improbable, mais ça fonctionne très bien. Il ne faut pas trop s’emballer pour autant, car à chaque fois que Sylar se retrouve dans une situation aussi prometteuse, cela tourne court. Passé ces réserves, il faut reconnaitre que c’est également la seule intrigue de l’épisode à être consistante.

Transition est définitivement le terme qui convient le mieux ici, en particulier pour les Petrelli. Le problème, c’est que l’on ne sait pas où cela est censé nous emmener et la saison se clôture dans 4 semaines, il serait donc grand temps de mettre en place des enjeux majeurs, histoires de faire monter la pression et notre enthousiasme qui est actuellement au point mort.