Heroes - Tabula Rasa (4.06)

Samuel tente d’aider Sylar à retrouver qui il est. Peter veut sauver Hiro et part avec Noah afin de trouver un guérisseur. Hiro tente de convaincre Emma du bienfait de ses pouvoirs.

Nous avions laissé Sylar dans les mains de Samuel. Vu qu’il est toujours amnésique, il faut lui rappeler qui il est et c’est ce que Samuel va tenter de faire. Bien entendu, il est fort probable que Sylar ne redevienne pas Sylar tant que Matt ne l’a pas retrouvé, mais l’idée est de l’intégrer à la « famille » du carnaval. Cela va prendre du temps et passer par des scènes pas forcément intéressantes. D’ailleurs, le moment culminant de la storyline est le face à face avec le capitaine Lubbock, mais ça tourne court et l’on a alors droit à une chute qui ne fait pas réellement avancer les choses. Bref, il y a encore pas mal à faire pour que tout ce qui tourne autour de Samuel prenne un sens. On ne sait pas quels sont ses objectifs, voire même s’il en a d’autres que de rassembler des gens avec des pouvoirs et d’appliquer quelques vengeances à l’occasion.

C’est d’ailleurs là que se trouve le plus gros point faible de ce début de saison. D’habitude, on apprend qu’il y a une catastrophe à éviter, on voit émerger de méchants mégalomanes, et j’en passe. La menace est bien présente. Actuellement, il est encore difficile de déterminer dans quelle mesure Samuel est un danger.

En attendant de préciser cela, on s’intéresse à Hiro qui est à l’hôpital. Là, il va aider Emma à accepter son don. Point. Certes, il y a quelques scènes légères, comme souvent avec le japonais, mais le tout sonne un peu niais. Le fait est qu’il fait ce pour quoi il est venu et c’est tout.

Pendant ce temps, Peter et HRG partent à la recherche d’un guérisseur qui pourra sauver Hiro. Sur place, forcément, ça ne se passe pas bien et l’on va hériter d’une des scènes les moins bien écrites de ce début de saison. Peter qui se plante au milieu là quand il ne le faut pas et Noah qui fait son discours pour le sauver… tout ça sonne faux et vraiment trop poussif dans sa mise en scène. On sait comment ça doit finir, mais il aurait mieux fallu justement nous éviter cette théâtralisation.

Ce n’est pas une mauvaise chose que l’on ait moins de personnages, et donc de storylines, par épisodes. Seulement, même s’il y a aujourd’hui plus de rythme que la fois précédente, l’ensemble avance doucement et, surtout, sans direction. Hiro à une liste ; Peter se laisse porter par le vent ; Noah cherche sa rédemption ; Sylar a oublié ; Samuel a un plan, mais on n’en sait pas plus ; Emma voit des couleurs. Heureusement, Claire ne fait qu’une brève apparition. Il y a du potentiel derrière tout ça, mais il est frustrant de ne pas le voir exploité, ou plutôt de le voir se perdre dans la lenteur de la série.