Heroes – Thanksgiving (4.11)

Noah invite sa famille pour Thanksgiving. Le repas de famille des Petrelli est très tendu et Angela est obligée d’avouer ce qu’elle a fait. Lydia pousse Hiro à l’emmener dans le passé pour découvrir ce qui est arrivé à Joseph.

C’est le moment de l’année où les familles se rassemblent pour manger de la dinde et faire un peu de drama. Dans Heroes, cela prend bien entendu des proportions un peu excessives, superpouvoirs obligent.

Nous avons donc les Bennett qui se réunissent. Sandra venant avec son nouveau boyfriend, Noah profite de l’occasion pour renouer avec Lauren. Mais ce ne sera pas la seule source de conflits de ce repas, car Claire nous rejoue sa crise existentielle. Que va-t-elle faire de sa vie ? Je lui dirais bien d’aller se pendre, mais ça ne changerait pas grand-chose. Quelques cris plus tard, Gretchen débarque pour sauver la journée de la petite blonde. De nouveau réunie avec son amie, elle peut retrouver le sourire et partir pour de terribles aventures. Noah, lui, il drague comme un chef et se dégotte un rendez-vous ciné. Sa vie n’a jamais été aussi palpitante. Pour Sandra, on évitera de s’attarder sur la question, elle est juste mieux loin de tout ça.

Chez les Petrelli, ce n’est pas réellement la même ambiance. Angela débarque pour imposer un repas, alors que ses fils veulent des réponses. Je suppose que les festivités justifient le débarquement tardif de Sylar, bien que son timing soit quand même impeccable, car il décide de refaire surface au moment de couper la dinde. Cela s’étend donc, histoire de faire monter la pression, mais bon, on se doutait un peu que seul Nathan disparaitrait vraiment dans cet épisode, ce qui tue légèrement le suspens. Si le psychopathe avait eu le temps de découper plus que la dinde, ça aurait presque été trop festif. En tout cas, Peter hérite de sa nouvelle storyline : pourchasser Sylar pour retrouver son frère. Oui, on pourrait réellement tenter de nous ramener Nathan une fois de plus. Tout ça ne fait que tourner en rond, c’est la voie des Petrelli.

Il nous reste un repas, celui chez Samuel, mais avant de commencer, Lydia va quérir l’assistance d’Hiro afin de découvrir ce qui est arrivé à Joseph, leur ancien leader et frère de Samuel. Une dure vérité lui sera alors révélée : c’est une affaire de fratricide. Hiro, lui, doit jouer ses cartes avec subtilité – ce qu’il ne maitrise pas vraiment –, car la vie de Charlie est toujours dans la balance. Résultat, Edgar prend le blâme et on redistribue les places afin de mieux repousser les inévitables confrontations. Charlie aurait mieux fait de rester morte, elle aurait été plus tranquille comme ça.

Trois repas mouvementés pour un Thanksgiving qui sert avant tout à réaiguiller les principales storylines de la saison. Le fait qu’on en suive trois à la fois a le mérite de donner un peu plus de rythme que d’habitude. Cela reste donc plus que convenable, mais laisse quand même une impression de détours inutiles. À ce niveau, on aurait pu avoir plusieurs affrontements, mais on les recule, car il semble que ceux-ci soient prévus pour la fin, et on n’y est pas encore.