Stella doit donner une réponse importante à Ted. Barney souhaite dire quelque chose à Robin.

Après une troisième saison en demi-teinte, How I Met Your Mother ne doit pas louper cette quatrième saison si elle souhaite être renouvelée. CBS ne va quand même pas inviter Britney chaque semaine !

Je ne l’attendais pas spécialement, mais l’épisode s’ouvre sur la réponse à la demande en mariage de Ted. Stella, sympathique Sarah Chalke, répond par la positive. Serait-elle la fameuse Mother ? J’en doute, mais attendons de voir ce que les scénaristes ont prévu. Alors que Marshall interroge Ted sur les goûts de Stella pour lui offrir un cadeau, celui-ci se rend compte qu’il ne connaît pas grand-chose de sa future épouse.

Voilà les deux amis à la recherche du test qui déterminera si Ted et Stella sont réellement faits pour être ensemble ; ils ne vont d’ailleurs pas chercher bien loin puisqu’en parlant de cinéma, Ted découvre que Stella n’a jamais vu Star Wars. Une hérésie !

Barney quant à lui révèle à Lily ses sentiments pour Robin. On a ici, et de loin, la meilleure partie de l’épisode. Pendant toute une soirée, Barney va donc se montrer sous son vrai jour afin de conquérir Robin qui, intriguée par son comportement, ne va pas cesser de le pousser au vice. Face à ce dialogue de sourds, Barney succombe (belle pirouette que je n’avais pas vu venir) et fait mine, pour le moment, à Lily qu’il n’est plus intéressé. Tour à tour, drôle et touchante, cette intrigue réveille une Robin endormie pendant toute la saison 3, garde Barney à un haut niveau et donne un vrai rôle à Lily.

Stella n’a pas aimé Star Wars. Heureusement pour Ted, la future mariée lui a menti pour lui faire plaisir. Très bonne réplique sur son incompréhension face à l’Ours (Chewbacca) que tout le monde semble comprendre. D’abord déçu, Marshall comprend que Stella est réellement attachée et amoureuse de Ted.

Tout est bien qui finit bien, ou presque (Lily et Marshall n’ont toujours rien à eux). Un retour en forme pour la bande de NYC qui trouve le juste équilibre entre comédie et romantisme. De-wait for it-lightful … de-light-ful !

avatarUn article de .
1 commentaire