C’est l’anniversaire de Lily, et comme chaque année c’est la célébration : Marshall prévoit un jour parfait pour l’élue de son coeur. À moins que la nouvelle future femme de Ted ne vienne tout gâcher.

La série remonte la pente, et retrouve de l’énergie à défaut de retrouver du sens. Et pourtant, il faut avouer que les scénaristes se donnent du mal pour ne pas faire avancer l’intrigue. On se rappelle déjà la lente attente pour rien autour de la fin de saison passée (Ted qui suit le parapluie pour tomber sur Stella pour… on ne sait plus quoi), et nous revoici au même point. Un bout de pied de la future madame Mosby pour fêter le 100e épisode, et nous revoilà dans des épisodes sans réel intérêt. La difficulté est plus grande qu’ils sont censés « remplir », et donc être drôle par défaut. Ou du moins rythmé, ce qu’offre amplement l’épisode de la semaine.

Lily fête son anniversaire, et on commence à la connaître avec son tempérament c’est tout pour elle. Heureusement, Marshall fait tout pour, et organise donc une journée parfaite pour eux et leurs trois meilleurs amis. Et une de plus, car Ted ramène sa conquête du moment, ce qui énerve plus d’un depuis le temps : on fait enfin un bilan de cette succession de petites amies en réalité futures-ex-femmes, dont le nombre fait sérieusement de la concurrence à Barney. Blasphème donc. Et c’est l’occasion, comme savait le faire la série, d’une série de flashbacks, révélations, voir bond dans le futur pour discuter de sa manie de s’empêtrer dans des relations sans lendemain. Et sans aller au fond des choses, ce qui conserve une certaine simplicité à l’ensemble.

Un bon épisode donc, parsemé de quelques petites touches sur les poses de Barney ou Marshall face à l’objectif, de tentatives chantées de Marshall (et Jason Segel excelle dans ces moments-là) ou d’une Robin pas si inexistante. Un moment qui passe tout seul, mais laisse une fois de plus le fan face à l’immensité de la série…

avatarUn article de .
6 commentaires