How I Met Your Mother - The Perfect Week (5.14)

Barney veut réussir sa semaine parfaite, sept filles en sept nuits. À côté de ça, chacun a sa petite histoire de la semaine, entre des rencontres sans suites et des secrets dévoilés…

Le retour d’How I Met Your Mother en 2010 donne de l’espoir. Et rien de plus simple que de replacer au centre de l’histoire le moteur de l’action : Barney. Ce dernier, dans toute sa splendeur, décide de relever le défi d’une semaine parfaite : sept nuits, sept sorties, sept femmes. Et oui, quand on est un tombeur confirmé, autant avoir des challenges. Et ça n’étonnera pas le spectateur assidu, Barney aime les défis. L’occasion aussi d’inclure quelques guests sportifs, comme Jim Nantz ou Nick Swisher, que seuls les fans américains reconnaîtront bien évidemment. L’histoire a de l’intérêt, celle de nous replonger dans la nostalgie des vieux épisodes de la série. Et Neil Patrick Harris s’y donne à fond, nous confirmant bien que lorsqu’il a la pêche, l’épisode aussi.

Et comme on connaît les scénaristes, l’histoire se démultiplie, spécialement dans ce scénario où le reste de la bande n’a rien à faire. On voit donc Ted se moquer d’une étudiante, et s’en mordre les doigts. Robin sort avec Dale (est-ce son coprésentateur ? Sans doute pas, on attend toujours la suite d’une storyline évoquée précédemment…), et attend un nouveau rendez-vous. Lily et Marshall tentent toujours de se trouver des amis en couple. Et c’est bien là la plus drôle des histoires, entre questions d’hygiènes et des sous entendus savoureux sur la vie de Ted.

Ted dont on attend évidemment la suite des aventures avec la future maman, mais après nous en avoir servi un hors-d’œuvre anniversaire (pour le 100e épisode), les auteurs du show ne semblent pas pressés d’y revenir. Déjà reconduite pour une sixième saison, la série ferait bien d’avancer. Mais cette demande reste lettre morte depuis une saison, on prend notre mal en patience. En attendant, les épisodes se suivent et le rythme revient, ce qui fait plaisir si on compte rester encore un peu.

avatarUn article de .
10 commentaires