How I Met Your Mother - The Rough Patch (5.07)

Au moment où Barney offre à Ted sa collection de films pour adultes, ce dernier se rend compte que lui et Robin ne sont pas vraiment heureux. Mais comment faire pour les séparer, s’ils sont trop fiers pour le faire eux-mêmes ?

Et voilà, How I Met Your Mother a enfin un bon épisode cette saison. Oh, rien d’exceptionnel, mais on rit. On s’amuse même à retrouver une certaine dynamique dans un épisode de sitcom mené tambour battant où les enjeux sont réduits à un seul et même objectif : casser le couple Barney/Robin. Ce qui reste la meilleure idée de ce début de saison, et on en veut presque aux auteurs ne nous avoir fait patienter autant. On pourrait limite penser qu’ils n’avaient pas vu cette erreur au lancement de l’année. Bref, Ted est un peu là, Barney redevient comique, Marshall et Lily sont espiègles et Robin… canadienne.

Dans tout ça, on joue encore sur les petites choses qui font ces grandes histoires, de ces détournements du narrateur pour expliquer à ces petits enfants que la pornographie est mal, mais enfin… Qu’une relation peut jouer sur un physique, on s’en rend compte, et chapeau au maquilleur qui s’est occupé de Barney, grossissant à vue d’œil ! Une belle mise en abîme qui retrouve tout son sens au final, même si on se doute un peu du tour de passe-passe : ça fait plaisir quand même. Les personnages nous sont revenus, l’histoire s’est remise en marche, les idées jaillissent pour illustrer le discours… Qu’attendons-nous? Pas grand-chose, mais ce sera pour la suite.

Au final, il ne sert à rien de se féliciter. La dernière partie de l’épisode (non, l’avant dernière, car la fin est savoureuse) est assez pénible, et l’idée même de la série reste floue. On a l’impression de fermer un chapitre de la grande histoire (comme le souligne le narrateur, les choses rebougeront au final), et on n’a jamais eu autant l’impression que 7 épisodes peuvent être très longs… Reste à voir s’ils se décideront à booster un peu les choses (oui, je répète chaque semaine la même chose !).

avatarUn article de .
6 commentaires