I’m Dying Up Here : Faire rire, c’est compliqué (Pilote)

Vous souvenez-vous d’une des principales critiques qui avaient été formulées sur Studio 60 on the Sunset Street, la série d’Aaron Sorkin s’attaquant au Saturday Night Live, lors de sa diffusion ? Elle ne faisait pas rire. Rien de plus surprenant que d’attendre qu’un show nous plongeant dans un milieu de la comédie délivre sa dose d’humour.

Il est difficile de se mettre devant I’m Dying Up Here et de ne pas penser la même chose. Pourquoi ne suis-je pas plié en deux ? Après tout, je regarde des comiques faisant du stand-up dans un club. La réalité est que la série de David Flebotte — basée sur le livre éponyme de William Knoedelseder — offre de quoi sourire, voire un peu plus par moment, dans son premier épisode, mais cela ne domine pas.

Il s’agit d’un drame et, si vous aviez un doute, le premier acte se conclut par le suicide d’un jeune comédien (joué par Sebastien Stan) qui vient d’exploser au Tonight Show animé par Johnny Carson. Si vous n’êtes pas familiers avec Carson, c’est là que les comiques devenaient des stars. Jerry Springfield, Ellen DeGeneres, Tim Allen, Drew Carey, Roseanne Barr ou encore Garry Shandling sont tous passés par l’émission avant de trouver le succès.

Carson est resté longtemps le roi du late night show. I’m Dying Up Here nous ramène cependant à une époque particulière, les années 70. Elle nous entraine chez Goldie (Melissa Leo) dont le club — fictif, basé sur le légendaire Comedy Store — est l’endroit où ceux qui cherchent à passer au Tonight Show doivent se produire. Ainsi, durant le pilote, tout le monde n’arrête pas de demander quand il sera possible d’apparaitre sur la scène principale, là où les projecteurs sont visiblement les plus forts. Ce n’est pas pour n’importe qui, il faut être prêt et c’est Goldie qui décide si le moment est venu ou pas.

Là où Vinyl cherchait à dépeindre toute une époque en transformation, la série de Showtime se focalise sur un microcosme bien particulier, sur un groupe fermé qui aimerait être encore plus sélectif pour limiter la concurrence. Même si l’on n’échappe pas à quelques clichés durant la partie d’exposition, il n’est pas réellement question d’entrer dans une bulle temporelle. Les années 70 sont importantes pour le milieu de la comédie américaine, mais David Flebotte ne veut clairement pas nous livrer une page d’histoire. À la place, ils nous présentent des personnages qui sont tous suffisamment instables pour être de bons comiques, à condition qu’ils soient capables de dompter leurs démons pour faire rire.

C’est en posant directement cet angle d’approche que I’m Dying Up Here compte visiblement contourner le problème du manque de rires pour une série sur des comiques. Cela dit, si ce pilote est représentatif de ce qui est à suivre, il semble que l’accroche — idéale pour bien creuser des personnages — risque d’enlever à l’ensemble ce qui aurait pu réellement faire la différence.

Après tout, on parle d’un univers si particulier avec sa propre culture, son histoire et ses codes. Cela dit, dès que l’on s’approche de tout cela, le résultat ressemble plus à une anecdote qui est forcée dans le scénario parce qu’il était impossible de ne pas la mettre là. C’est peu gracieux au même titre que les passages sur scène manque de spontanéité.

Il y a donc dans I’m Dying Up Here des éléments intéressants, mais pas nécessairement pour raconter l’histoire que la série se propose d’aborder. Donner vraiment forme au monde de la comédie pour éviter que le show ne soit finalement qu’un drame qui se déroule avec des gens qui fréquentent le même club sera déterminant. Flebotte devrait suivre les conseils de Goldie s’il veut que sa série fasse partie des grandes.

Tags : I’m Dying Up Here moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link