In Treatement - Paul & Gina : week one (1.05
Après une semaine avec ses patients, Paul a du mal à se contenir. Perdant patience et devenant anxieux avant chaque nouvelle cession, il décide de recontacter Gina, une ancienne amie, mais aussi ancienne superviseuse. Après 9 ans sans avoir été en contact, les retrouvailles son cordiale, mais tendue.

On arrive au bout de notre première semaine de In Treatment. Cette dernière cession est celle de Paul. On en attend forcément beaucoup, ou plutôt, on espère y découvrir les clés d’une seconde lecture pour les autres épisodes. Personnellement, je pensais que cet épisode donnerait une nouvelle dimension aux séances de Laura, Alex, Sophie, Jake et Amy. En réalité, on ne va pas spécialement en entendre parler. Quelques mots pour exprimer des sentiments que l’on a bien perçus, et d’autres qui été tout aussi évidents, mais à part au sujet de Laura, il n’y a pas beaucoup de place pour les patients de la semaine.

Plusieurs sujets quand même, le mariage de Paul, sa relation avec Gina et au final, comment gérer Laura, bien que ceci semble étroitement lié au mariage. On va avoir une vision plus précise de l’état d’esprit de Paul quand il est avec ses patients, mais au final, il se montre bien moins complexe qu’eux. Pas aussi arrogant qu’Alex, il n’est pas pour autant dépourvu d’une opinion des plus flatteuse sur ses qualités de thérapeute. Pas aussi parano que Jake, il a pourtant son lot de doutes sur sa femme. Sophie semble avoir une grande admiration pour son mentor, lui a été dans le même cas, et revient vers elle aujourd’hui avec l’impression qu’il l’a déçu. Et pour finir, Laura et son transfert. Une affaire plus complexe, car elle fait un parallèle avec ses problèmes de mariage, pouvant combler le vide existant, bien que l’éthique s’y oppose. Bref, au lieu d’obtenir une seconde opinion sur les patients, on se rend compte que, dans chacun, on retrouve un peu de Paul.

Cet épisode sort du lot, l’ambiance change, mais le sujet reste le même. Paul est un patient comme les autres, seule la chaise change. Il faut donc y voir la cinquième séance de la semaine, et non, la cession décryptage que l’on aurait – que j’aurais – cru voir.