In Treatement – Sophie : week one (1.03)
Sophie, jeune gymnaste talentueuse, voit ses rêves s’évanouir quand elle est victime d’un accident. Alors qu’elle est sur son vélo, elle se fait renverser par une voiture. Elle vient voir Paul pour qu’il valide sa santé mentale. En effet, le rapport de l’assurance dit que Sophie a volontairement provoqué l’accident, qu’elle voulait mourir.

Première séance pour Sophie. Ce fonctionnement permet de bien mieux appréhender le personnage. Alors que Laura a déjà une relation bien établie avec Paul, Alex et Sophie sont tous deux nouveaux, et il est alors plus facile pour le spectateur de les comprendre. Ils viennent tous deux aussi pour des raisons assez similaires : ils viennent chercher une opinion, l’aval de quelqu’un de qualifié.
Dans le cas de Sophie, il s’agit de montrer qu’elle n’est pas responsable d’un accident qui, comme elle le dit elle-même, l’empêche de réaliser ce qu’elle a envie.
Il est évident que c’est à travers elle que les problèmes parentaux vont être principalement abordés. Même si c’est un thème plus que courant dans une thérapie, beaucoup de nos problèmes trouvant leur source d’origine dans la relation parents/enfants, Sophie est au cœur même du problème, à l’âge où les sentiments sont exacerbés et sans compromis. On voit les prémices d’une situation complexe, mélangé au problème sportif. Sophie n’est pas la jeune ordinaire, elle a une carrière sportive, elle fait de la gymnastique depuis ses 6 ans, et toute sa vie parait ne tourner qu’autour de ça. Elle, par contre, semble vouloir éviter de le réaliser. On prend rapidement conscience de ce fait quand les seuls points qu’elle aborde sont ses parents et son coach. Elle ne parle pas de ses possibles amis, ou ne serait-ce d’autres gymnastes.
Sophie a des problèmes relationnels avec sa mère, et a une confiance aveugle en son père. Cette même confiance, elle l’a aussi en son coach, pour qui elle a déjà fait du baby-sitting. La réaction de Paul en apprenant cette information est d’ailleurs plus qu’intéressante. N’importe qui se serait rendu compte que quelque chose n’allait pas, qu’il ne trouvait pas cela normal. Sophie, elle, ne voit pas ce qui le gêne là dedans.
La prouesse scénaristique de l’épisode est de réussir à nous laisser dans le flou : Sophie a-t-elle oui ou non voulu cet accident ? On oscille pendant tout l’épisode, incapable de prendre une décision sur ce point.
Comme les précédents épisodes, on commence aussi à en apprendre un peu plus sur Paul, Sophie étant allée en cours avec sa fille. Elle lui pose aussi quelques questions personnelles et dispose d’un bon sens de l’observation qui lui permet en général de taper dans le mille. Cela permet étrangement de montrer Paul sous un autre jour.

Un épisode assez riche, où Sophie se présente à nous. Le portrait de l’adolescente se révèle assez complexe et cohérent, et offre une nouvelle dynamique dans la relation psy/patient.