In Treatment – Alex : week seven (1.32)
Alex est quand même venu. Il vient annoncer à Paul qu’il va recommencer à voler et qu’un docteur de l’armée va l’appeler pour qu’il lui confirme qu’il peut reprendre ses missions. Bien entendu, pour Paul, faire cela n’est pas forcément la chose la plus aisée vu qu’il préfèrerait que son patient continu la thérapie.

La discussion va alors partir sur l’anniversaire du fils d’Alex, sur le comportement de son père et sur la vision que son fils à de lui. Malgré l’intérêt que cette histoire a pour Alex, et surtout dans le cadre de son travail avec Paul, l’épisode ne va pas se révéler très captivant. On ne s’ennuie pas, mais il ya une ambiance qui s’installe, comme si tout ce qui ce passait était banal, et n’avait pas vraiment d’intérêt. Un peu comme si l’histoire n’avait été ajoutée que pour passer le temps, avant d’arriver à la fin, et donc au départ d’Alex vers sa vie de pilote.

En gros, le propos de l’épisode n’est pas aussi intéressant qu’il ne l’a été auparavant. Alex a encore des problèmes à régler, c’est certain, mais à ce niveau-là, il n’y avait rien à faire, car de toute façon, il s’en va.

Là où l’on retrouve un peu d’intérêt, c’est dans le parallèle de son histoire avec celle de Sophie. L’un est le meilleur des pilotes qui a son monde dans le ciel, dans son cockpit. C’est là qu’il est libre. Pour Sophie, c’est pareil, seul le lieu change, ainsi que la discipline bien sure. Leur discours semble le même, à part l’arrogance et l’égo d’Alex qui amplifie son importance dans l’histoire. Mais, cela ne sera pas non plus développé, car c’est déjà la fin de la séance.