In Treatment – Laura : week one (1.01)
La petite dernière de HBO fait son entrée avec un concept innovant, nous plongeant dans l’univers de la thérapie. Basé sur la série Israelienne Be Tipul, crée par Hagai Levi, Ori Sivan et Nir Bergman, In Treatment suit le psychanalyste Paul Weston durant sa semaine, en choisissant un patient par jour – Laura, Alex, Sophie, un couple marié Jake et Amy – et qui se conclut le vendredi par sa propre séance de thérapie auprès de Gina.

Nous commençons donc lundi à 9 h auprès de Laura. L’épisode prend sa source même dans un épisode de la série d’origine, et se centre donc sur une jeune femme, anesthésiste, en couple avec Andrew depuis deux ans, et qui suit une thérapie auprès de Paul depuis un an.
Laura doit faire face à un ultimatum : elle doit choisir entre le mariage ou la séparation. Cette histoire la conduit à raconter une soirée dans un bar, qui la mène auprès d’un autre homme, et la possibilité d’avoir des relations, trompant ainsi Andrew.
Derrière cette histoire, et derrière sa relation avec Andrew se cache autre chose dont n’avait pas connaissance Paul. Laura est amoureuse de lui. Depuis leur première séance. Il est évident que la découverte de ce fait va entrainer quelques bouleversements dans la thérapie.

Les éléments clés sur Laura nous sont livrés. C’est assez abrupt, du fait qu’on prend une thérapie en cours. Nous n’apprenons pas grand-chose du passé de la jeune femme, des raisons qui l’ont poussé à consulter, de sa vie en général. Cette séance se concentre sur ses relations avec les hommes – avec Andrew, avec l’inconnu rencontré dans le bar, avec Paul. Melissa George fait preuve d’une grande justesse, et malgré la difficulté que le téléspectateur peut rencontrer à s’immerger dans le monde d’une inconnue, elle réussit à faire de Laura une femme touchante, émouvante, que l’on sent plus meurtrie et déstabilisée que réellement en pleines possessions de ses moyens. Gabriel Byrne est sobre et juste, un thérapeute qui guide, sans pour autant exagérer.
Nous assistons donc à une séance d’un point de vue extérieur. Assez déconcertante, car il ne s’agit que de discussion, notre pensée évolue envers la patiente tout au long de l’épisode. Il faut admettre qu’il faut prendre le temps de s’habituer, accepter cette plongée dans les pensées d’autrui, et appréhender autant le thérapeute que sa patiente. Quelques obstacles, qui sont loin d’être insurmontables. Les 30 minutes qui défilent permettent de s’habituer à l’ambiance et au style. L’entrée en matière est donc faite de façon simple et austère. Une pièce, deux personnes. Rien d’autre.

In Treatment sera donc une série avant tout humaine, sur les problèmes de chacun et surtout sur l’acceptation de soi-même, but de beaucoup de thérapies. Ici, il s’agit de psychologie, de résoudre ses propres problèmes en commençant par les accepter.

Tous les lundis, nous aurons donc rendez-vous avec Laura.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire