In Treatment - Alex : week six (1.27)
Malgré la violente altercation de la semaine dernière, Alex est quand même revenu. Son timing est assez bon, car Paul était avec Kate. Cette dernière lui annonçait qu’elle avait vu Laura. Il lui explique alors que se patiente est confronté à la maladie de son père. Mais peu importe, la discussion tourne court, Paul doit se consacrer à son patient.

Que ce soit avec Laura, Kate ou encore Alex, Paul a changé. Il faut croire que révéler ses sentiments pour Laura à sa femme l’a libéré d’un fardeau qui nuisait à son professionnalisme. Il n’a jamais, depuis le commencement, été aussi paisible.

Avec Alex, il y a d’abord un petit malaise, le temps de faire le point sur les évènements de la semaine précédente. Passé cela, le patient va se révéler étonnamment loquace. Il parle d’un rêve, de son père, de sa femme, des doutes sur sa sexualité. Ce dernier point trouve son origine dans le fait qu’il passe beaucoup de temps avec ses amis homosexuels. Ce n’est pas tant qu’il ait une certaine attirance pour eux, mais plutôt que leur façon de voir les choses, d’appréhender la vie et la perception des autres envers eux, lui plait. En fait, il les envie pour ça, lui qui fait tout pour plaire aux autres.

Alex se montre civilisé, très peu agressif et sensible. Paul, de son côté, écoute. Il ne semble plus avoir cette animosité qu’il entretenait envers son patient. Un véritable climat de confiance s’est installé. Alex n’attend plus que Paul réussisse à lui donner les réponses, comme si la confrontation de la semaine précédente lui avait montré ce qu’il voulait voir de son thérapeute. Paul étant plus honnête avec lui-même, fait la même chose avec Alex. Il ne se cache plus autant derrière de métaphores tordues, laissant le patient tirer lui-même des conclusions. Il le guide.

Dans cette dernière séance. Alex parait avoir passé une étape importante, même s’il lui en reste beaucoup. Il admet une partie de ses problèmes. Il part à la recherche de leurs origines. Un chemin qui l’effraie. Il doute de pouvoir continuer ainsi, et n’assure pas d’être là la semaine prochaine.