In Treatment - Jake & Amy : week six (1.29)
Amy est en avance. D’ailleurs, elle sera seule pour la séance. Jake a un rendez-vous avec un potentiel collaborateur pouvant lui acheter des chansons. Après avoir passé les frivolités habituelles de sa patiente, Paul essaie de la faire parler de son passé, de l’époque où elle était obèse ou presque. On entre alors dans une thérapie individuelle, même si la finalité reste la sauvegarde du couple.

Amy a un problème, et elle veut que Paul l’aide à accepter le choix qu’elle a fait, pour Jake, mais aussi pour elle. Elle va passer le reste de la journée avec son patron, et va coucher avec lui. Elle prétend que rien ne peut l’en empêcher, Paul veut donc savoir pourquoi.

On part dans du traditionnel souvenir d’enfance. Le traumatisme dû à la mort du père ou le comportement dédaigneux de la mère à cause du physique de sa fille, sont sensés nous faire comprendre l’origine du problème d’Amy. Ce qui la pousse à agir comme ça avec Jake. Ça fonctionne. Très bien même. C’est un peu trop clair, un peu trop simple. Amy sélectionne les bonnes anecdotes, et Paul en tire les bonnes conclusions.

Le problème n’est pas tant le fait que l’on aille directement au cœur de l’origine du problème, mais le fait que d’habitude, ce n’est pas si simple. Pour le coup, on peut se demander si Amy n’a pas manipulé Paul pour qu’il en arrive aux conclusions qu’elle désire. Un moyen de s’expliquer en utilisant les termes que comprend le thérapeute.

Au final, l’épisode n’est pas très captivant. On nous laisse dans le doute, va-t-elle oui ou non tromper Jake ? La réponse sera la semaine suivante, surement. On a l’impression d’un épisode bouche-trou. Tout ce qui a été dit durant les 20 minutes de la séance pouvait être dit avec Jake dans la salle, à l’exception peut-être de l’histoire d’adultère. Le but final était surement de rattraper le fait qu’Amy n’avait que rarement eu l’occasion de s’exprimer, et de d’expliquer honnêtement de son comportement.