In Treatment - Sophie : week six (1.28)
Paul est livré d’une pizza. Il ne comprend pas tout de suite, car chez lui, on ne mange apparemment pas ce type de nourriture. Puis, il réalise qu’il s’agit de Sophie qui a passé une commande.
Elle n’a pas mangé depuis un moment et elle doit prendre du poids. Depuis son retour à l’entrainement de gym, elle a perdu des kilos, or, il faut peser un certain poids pour continuer à s’entrainer.

La session, partie de ce point là, va dériver sur le père de Sophie. Et surtout, de son comportement vis-à-vis de sa fille. Sophie raconte une histoire où une petite amie de son père pensait qu’elle était anorexique, et son père ne s’est pas réellement inquiété. Elle passe donc le plus clair de son temps à le défendre, tandis que Paul tente de montrer l’influence néfaste qu’il semble avoir sur elle. Il est la personne qui compte le plus au monde pour elle, et pourtant, elle ne veut pas lui dire qu’elle a fait une tentative de suicide.
Alors que Paul tente de faire résonner Sophie, cette dernière s’énerve, et elle va passer plus de la moitié de la session à s’opposer à Paul. Son langage sort d’ailleurs de la politesse. Elle perd son sang froid extrêmement vite, et a des difficultés à aborder certains sujets. Au lieu d’affronter la situation, elle remet la faute sur Paul et s’emporte. L’apogée est atteint que Paul apporte le livre de photographies. Ouvert il y plusieurs sessions de cela, Sophie lui avait désigné les ouvrages seuls en haut de son étagère, et quand il alla voir, il réalisa qu’il avait un livre de photographies du père de Sophie. Elle réagit violemment à cette mise en avant. Il est d’ailleurs assez difficile de percevoir toujours où veut en venir Paul avec cette histoire. Lui, et Sophie le savent, mais pour le téléspectateur, il faut bien admettre que c’est assurément ce qu’il y a eu de moins limpide depuis le début. On voit se présenter une histoire d’abus, Sophie répétant étrangement le fait que Paul croit qu’on a abusé d’elle sexuellement. Or, Paul ne l’a jamais formulé dans ces mots. Son père l’a-t-il fait ou non ? Pour le moment, il faudra attendre. On peut juste en venir à la conclusion que les normes physiques de son père ont eu une ascendance sur elle, et on peut donc imaginer que si abus, il y a eu, il est déjà évident qu’il y a eu pression psychologique. La question est donc de savoir quelles limites ont été franchies ? Est-ce seulement le fait d’être passé après des femmes superficielles, ou d’avoir été traité comme elle ?

La difficulté de Paul ici est donc de réussir à forcer Sophie à regarder ses problèmes en face, à stopper les mensonges pour mieux résoudre ce qui la hante intérieurement.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire