In Treatment - Sophie : week two (1.08)
Sophie revient pour son évaluation, seulement Paul n’a pas eu le temps de la faire. Malgré sa réticence, elle va finir par se confier un peu plus, en parlant de ses parents, de son coach, des autres gymnastes et aussi de son accident.

Paul reçoit un coup de téléphone. Il entend Sophie se disputer avec un homme, avant qu’elle n’arrive au cabinet. La jeune fille arrive complètement trempée, car elle est venue à pied. Paul lui propose alors des vêtements, et Sophie lui dit qu’il va falloir l’aider, car elle ne peut se changer seule. C’est alors Kate qui va s’en charger et une confiance s’installe entre les deux femmes très rapidement.
C’est assurément avec Sophie que Paul apparaît le plus compétent. Pourtant, c’est la plus proche de sa vie, surtout quand elle lui parle de la réputation de sa fille, qu’on la traite de freak. On n’a pas encore vu la demoiselle, mais à l’évidence, Paul reste très détaché face à une attaque si personnelle. C’est auprès de le jeune fille que Paul parait le moins impliqué émotionnellement, et qu’il donne le meilleur de lui en tant que thérapeute. Les problèmes de Sophie, nous les voyons, et nous comprenons les réactions de Paul. D’abord, la complexité des relations qu’elle entretient avec ses parents. Elle a eu une dispute avec ses parents. Une avec sa mère, une avec son père. Ce dernier était idéalisé la semaine dernière, cette semaine, cette notion n’est plus là, sans pour autant que Sophie ne le traite comme elle le fait avec sa mère. On apprend que son paternel est photographe, et qu’il fait ses expositions chez eux. Occupé, il n’a pu aider sa fille à faire sa propre évaluation, comme Paul lui avait demandé à la fin de la dernière séance, et surtout, il n’en voit pas l’utilité. Elle a ensuite demandé de l’aide à sa mère, ce qui s’est terminé en dispute, chose assez commune au vu de la réaction de Sophie. Puis, elle s’est tournée vers son coach. On en apprend un peu plus sur ce dernier, et sur la place de Sophie dans sa vie, les raisons pour lesquelles elle faisait du baby-sitting, et les relations qu’elle entretient avec les autres gymnastes. Le tout se place beaucoup en parallèle avec son coach. Le groupe doit aller faire un camp, seulement Sophie ne peut pas y aller. Paul tente de lui faire dire pourquoi elle tient absolument à suivre tout le monde, alors qu’elle n’a pas d’amies parmi les autres gymnastes. On se doute bien que tout est lié à son coach, surtout qu’elle mime bien avant, d’un ton désapprobateur, le comportement des autres envers lui. Si la jeune fille a donc des problèmes relationnels avec ses parents, on peut aussi imaginer que cette relation s’est dégradée à cause d’une implication avec l’homme qui l’entraine, et dont on n’arrive pas encore à mesurer l’envergure.
La session se termine, Sophie doit se changer de nouveau. Et cette fois-ci, elle va serrer Kate dans ses bras, avant de repartir, sous le regard Paul, qui l’observe monter dans la voiture de celui qu’on suppose être son entraineur.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire