In Treatment – Week Four (2.16 à 2.20)

Mia – Monday 7:00am

Cette semaine, c’est Mia qui est en retard. Elle vient d’ailleurs avec son petit déjeuner et s’invite dans la cuisine de Paul pour le consommer, ce qui va quelque peu perturber le thérapeute qui aime scinder les choses. En plus, voilà que sa patiente commence à lui déballer à un rythme infernal ses aventures sexuelles du week-end.

Bien entendu, Paul va reprendre le contrôle et va pousser Mia à se remettre à sa place. La discussion va alors s’orienter sur le pourquoi du Week-end, et donc, sur Bennett. Après cela, j’avoue avoir un peu décroché et je ne saurais pas trop dire pourquoi. Certes, le départ possède, dans le discours, un côté « déjà vu la saison dernière », mais Mia a su montrer qu’elle avait des choses à dire. Le fait est qu’elle est devenue une patiente comme les autres. Elle, c’est la quadra célibataire qui doit gérer l’inexistence de sa vie sentimentale et l’échec de sa vie sociale.  Elle désire un homme à la maison. Basiquement.

J’ai fini par me replonger dans la conversation avec le retour sur le père. Il semble que ce soit là qu’il faille creuser et que c’est justement ce que Paul veut faire. Un thème à explorer certainement plus en profondeur par la suite, donc.

April – Tuesday 12:00pm

Avec April, les séances paraissent toujours écrites en deux temps. Aujourd’hui, on commence avec le sujet Daniel. Le frère qui est autiste et qui, comme on l’apprend, a tenté une nouvelle fois de se suicider. April doit le gérer, car sa mère semble préférer lui remettre cette responsabilité. Le problème, c’est que la jeune femme est malade et qu’elle se néglige de plus en plus. On la voit au bout du rouleau, épuisée et effrayée.

De manière assez étonnante, Paul se montre très loquace, il dirige la conversation et décide d’aborder des sujets. Comme il l’a avoué la première fois qu’il a revu Gina, il veut faire quelque chose, mais la thérapie est un processus trop lent pour obtenir à temps un résultat.

C’est là que l’on entre dans la seconde partie. La patiente et son thérapeute qui s’affrontent. Lui, désirant la pousser à agir, elle exprimant son anxiété.

Une séance qui se montre intense et riche en résultats, car Paul parviendra finalement à ses fins, acceptant même de dépasser les limites de son cabinet.

Oliver – Wednesday 4:00pm

Luke est en retard, très en retard d’ailleurs, car il ne sera pas présent de la séance. Bess attend une amie avec laquelle elle part en vacances pour la semaine. Elle demande donc à Paul de lui parler en privé quelques minutes.

Comme la saison précédente avec Jake et Amy, on arrive au point où chaque membre se retrouve en tête à tête avec Paul.

Bess est joyeuse, car elle pense qu’Oliver est soigné, comme par magie. Paul lui explique alors qu’elle se fait des illusions, que ce n’est pas possible qu’il change radicalement du jour au lendemain. La jeune femme se met alors à parler de ce que sa vie a été depuis qu’elle a appris qu’elle était enceinte. Elle a conscience qu’il faut qu’elle aille de l’avant, mais se sent perdue à cause du fait qu’elle ne s’est jamais consacrée à quoi que ce soit pleinement depuis la naissance d’Oliver. Elle partira légèrement confuse par la conversation, laissant son fils prendre la suite.

Avec lui, on fera le point avant d’évoquer ses problèmes d’amour propre alimenté par un garçon de l’école. Ses parents ne sont, à ce stade, pas vraiment présents dans le sujet.

La séance aborde donc séparément Bess et Oliver, nous offrant le point de vu intéressant de la mère, mais pour le fils, cela se heurte à ses objections. Il n’est pas enclin à parler et l’on va alors avoir du mal à véritablement avancer sur quoi que ce soit.

Walter – Thursday 8:00pm

Walter a été renvoyé de sa compagnie. En soi, cette surprise n’en est pas réellement une, si on suit la logique de la série. Il fallait qu’il vive cela. Je ne vois pas comment il aurait pu passer à travers pour le bien de l’histoire.

Bref, le voilà libéré d’une pression devenue à la limite du soutenable, et il doit gérer le contrecoup. Paul va d’ailleurs se montrer très concerné par la façon dont la crise s’est déroulée. Il cherche à déceler chez son patient les moindres risques de suicide, mais pour le moment, ce genre de chose va à l’encontre des principes de Walter.

Ce dernier n’a, semble-t-il, plus que ça pour lui de toute façon, et c’est surement ce qui inquiète le plus Paul. Il voudra d’ailleurs le revoir plus tôt, mais il va nous falloir attendre un peu pour savoir si cela se produira ou non.

En attendant, Paul va réussir une percée sur le sujet du frère décédé. La thérapie passe clairement un cap à ce moment-là, car un but est ainsi mis en avant.

Deposition – Friday 10:00am / Gina – Friday 6:15pm / Tammy – Friday 3:45pm / Hospital – Monday 8:00pm

Paul a beaucoup à faire et cela nous donne un épisode en plusieurs parties qui va évoquer de manière claire et précise les problèmes du thérapeute.

On commence avec la déposition qui est presque anecdotique, mais qui explique l’état d’esprit dans lequel Paul se trouve. Ensuite, il rencontre Tammy. Une scène qui est plus là pour nous montrer qu’entre eux, il n’y a déjà plus rien à dire. Ceci donnant également de quoi alimenter la séance avec Gina.

On en arrive donc à ce qui est, forcément, la plus grosse partie de l’épisode, la séance. Même si elle n’est pas aussi longue que précédemment, on va avoir le temps  d’en apprendre beaucoup, à la fois sur les patients et sur la manière dont Paul se sent. Il est seul et la perte de sa famille lui coute beaucoup. Il cherche le contact humain et c’est avec ses patients qu’il comble ses carences relationnelles et émotionnelles, ce qui explique un peu la façon dont il s’est comporté durant cette semaine.

On finira sur le sujet du père qui mènera à la visite à l’hôpital. Un moment intime pendant lequel Paul semble trouver la force pour aller de l’avant.

Conclusion

Cette semaine, Paul dépasse certaines limites. De plus, on arrive à la mi-saison et cela se sent. On voit les thérapies changer de forme, dans leurs contenus, dans leurs propos, mais aussi dans leurs déroulements. Pour April et Walter, cela est le plus flagrant, leurs vies prenant pour tous les deux un tournant. Pour Oliver, il est plus question d’une variation dans l’approche des personnages.

Au final, même si les patients apportent quelques choses, chacun à sa manière, Paul est véritablement celui que nous observons, et sa dernière séance avec Gina nous donne encore plus de raisons de le faire la semaine prochaine.