Jane By Design – Pilot (1.01)

Jane Quimby est une adolescente ordinaire et loin d’être populaire au lycée. Quand elle décide de postuler pour un internat dans la mode, elle est prise pour une adulte et devient alors l’assistante personnelle de la patronne. Jane doit balancer ses deux vies tout en gardant son identité secrète.

Jane By Design est une nouveauté ABC Family qui fait penser à bien d’autres œuvres, mais qui peine sans aucun doute à se détacher de ses influences. Et si, comme moi, le pitch de base vous ramène à cette hilarante storyline autour de Maeby dans Arrested Development qui se retrouve à être exécutive de cinéma, autant dire tout de suite que la dérision est quasi absente du show.

Jane Quimby est tout sauf populaire à l’école. Son père est récemment décédé et sa mère est partie quand elle était bébé. Elle est alors sous la garde de son frère David qui cherche un travail et qui a quelques difficultés face à ses responsabilités parentales.

Le concept de Jane By Design veut sans trop de doute possible jouer sur le parallèle des deux univers de son héroïne : le monde de l’adolescence est aussi impitoyable que celui de la mode, et Jane doit nager parmi les requins.

Avant d’en arriver là, le show doit poser son décor et surtout ses personnages. Ainsi, entre le meilleur ami qui sort en cachette avec la peste du lycée (pitié !) d’un côté, et les rivalités de travail (et sentimentales) qui émergent de l’autre, Jane doit réussir à survivre et, sans surprise, sa nouvelle carrière professionnelle va avoir une influence sur son comportement en général. Jane n’est certainement pas au bout de ses surprises, mais il reste difficile d’avoir envie de continuer.

Bouffée d’un bout à l’autre par une musique pop assommante, Jane By Design dépeint ses deux univers sans y intégrer une once d’originalité. Ce n’est pas la faute à Erica Dasher dans la peau de Jane qui est rapidement sympathique et qui renvoie sûrement à un complexe adolescent avec lequel le public visé pourra aisément connecter. Ce besoin de reconnaissance et cette plongée dans le monde adulte/actif sont continuellement ramenés sur les devants avec des lignes de dialogues plutôt discutables sur la nécessité de profiter de sa jeunesse (aussi pourri peut-on penser qu’elle est, apparemment).

L’épisode enchaine les clichés, le pompon étant atteint avec l’essayage vestimentaire de Jane (avec encore une fois, une bande sonore au volume trop élevé). L’un des problèmes évidents du show est clairement de devoir faire cohabiter ce côté sympathique d’ABC Family qui séduit les plus jeunes avec un monde justement (trop) adulte et qui est étouffé par les codes posés par la série. Le résultat est alors fade, mais au moins, inoffensif.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires