Après avoir arrêté un tueur qui voulait s’en prendre à Ava, Raylan part à la recherche du responsable, mais celui-ci n’est pas forcément celui qu’il croyait.

Il y a encore peu, Raylan Givens traversait le Kentucky en toute tranquillité, nous emmenant dans des intrigues individuelles qui permirent de montrer ses forces et un peu ses défauts. Ce qui est maintenant apparent, c’est que tout ceci n’était qu’une lente mise en place et, désormais, le Marshall n’est plus au contrôle. Il faut dire qu’il s’est fait des ennemis, beaucoup.

Tout commence par quelques insinuations qui vont paraitre plus que suspicieuses une fois que quelqu’un aura essayé de tuer Ava. Bien entendu, les Crowder sont en tête de la liste des suspects et pour de bonnes raisons. Bo voudrait venger la mort de son fils. C’est donc l’occasion d’offrir à Ava l’opportunité de réagir sur ce qu’elle a fait. C’était une bonne chose, car de cette manière Joelle Carter peut enfin offrir à son personnage plus de nuances, sortant ainsi de ses routines servant à attendrir Raylan. En fait, cet épisode va apporter une crédibilité au couple, Ava semblant désormais être bien la femme qu’il faut au Marshall et pas seulement celle qui est là pour s’amuser.

C’est probablement pour cela que Winona révèle à Ava qu’elle est l’ex-femme, et pas uniquement l’employée du tribunal. Le dialogue entre les deux femmes est un peu étrange, car le double sens ne parait pas totalement désiré et crée une sorte de malentendu que ni l’une ni l’autre ne semble vouloir admettre ou au moins assumer.

Quoi qu’il en soit, tout ceci ne va pas durer, car cette partie est destinée à se construire sur la durée, pas comme l’affaire de la tentative de meurtre qui doit se résoudre ici. Et ça va être fait, même si, une fois qu’on arrive à la conclusion, elle a complètement perdu de son intérêt. Son rôle principal était clairement de créer les conditions nécessaires pour justifier l’aide de Boyd et l’apparition de son père. Les Crowder volent le show, Walton Goggins offrant une détermination effrayante et intense à son personnage, tandis que MC Gainey fait une entrée plus que remarquée dans le rôle de Bo, s’imposant à nous avec autorité. Cette famille n’a pas fini de poser sa marque sur la série.

Pour terminer, un petit mot sur Ray McKinnon qui joue le tueur venu de Miami et qui n’aura pas le droit de se retrouver face à son ancien collègue de Deadwood, car il a été sous-exploité. C’est un peu dommage, même s’il a été sacrifié pour le bien-être d’un twist qui a servi à renforcer l’histoire des Crowder.

Justified poursuit tranquillement sa route, chaque épisode offrant toujours plus que le précédent en étoffant ce que l’on pourrait presque appeler la mythologie de la série. On peut par contre regretter que Rachel, Gutterson et Art se retrouvent vraiment trop mis en retrait. Les trois Marshalls possèdent du potentiel qui mériterait d’être exploité. On se consolera avec Ava qui a réellement grandi en tant que personnage dans ce dernier épisode.

Et pour conclure, notons que Raylan n’a pas porté son chapeau et que cela ne lui a pas été très bénéfique.