Un transport de drogues auquel participait Dewey Crowe se fait braquer. Tous les soupçons se portent alors sur Boyd. Dewey le retrouve et découvre qu’il n’est pas impliqué, il va alors monter un plan à son niveau qui ne pourra que lui exploser en plein visage.

Ce début de saison semble surtout essayer de planter les graines de ce qui va servir à justifier les agissements des personnages par la suite. Ici, c’est Boyd qui est au centre de l’histoire. Lui, tout ce qu’il demande, c’est qu’on le laisse tranquille, mais personne ne semble intéressé par entendre parler de ça, ou même par le croire.

Il est clair que l’un des premiers challenges de la saison est de donner à des protagonistes secondaires comme Ava et Boyd une place légitime dans la suite, tout particulièrement parce qu’ils sont des réguliers. Le problème est que la fin de la story-arc avec Miami et le reste de la famille Crowder a quelque peu limité les options de développements pour Boyd qui, lui, essaie juste de rester dans le droit chemin. On va donc le voir tenté de tous les côtés par les réminiscences de son ancienne vie sauvage et violente, sa réputation étant clairement ce qui attire tout le monde vers lui.

À côté de ça, pour Ava, il est surtout question de faire le point sur sa relation avec Raylan. Ce dernier est retourné avec Winona et tout le monde semble le découvrir alors qu’ils font tout pour que ça reste plutôt secret. Il y a donc des hésitations, surtout de la part de Winona, ce qui place les retrouvailles entre Raylan et Ava sous un éclairage particulier.

Cela dit, que ce soit avec Ava ou Boyd, Raylan a de toute façon de gros problèmes de confiances qui entrent en conflit avec son désir de les protéger.

Et au milieu de tout ça, les Bennett. Comme pour le reste, ils ne sont pas approchés de front, loin de là même, mais trouvent leur place au cœur des évènements majeurs de l’épisode, commençant à dessiner les grandes lignes d’un conflit au milieu duquel Raylan pourrait bien se retrouver sans le vouloir.

The I of the Storm offre donc à des personnages mis en retrait l’occasion de s’exprimer et de s’installer dans cette saison qui commence calmement. Malgré ça, on peut dire qu’heureusement que Dewey Crowe est toujours aussi stupide, car sans lui, l’ensemble serait un peu trop monotone, voire même routinier.