Killjoys délivre le fun, mais complique trop le reste

15 Juil 2015 à 10:48

Killjoys - Saison 1

SyFy est de retour dans l’espace. Entre Dark Matter, Killjoys et bientôt The Expanse, la chaine revient là où était sa place légitime et il serait difficile de se plaindre. En fait, c’est peut-être là le souci, car le manque d’offre dans ce type de série fait que l’on est enclin à laisser passer les problèmes afin d’apprécier un peu plus ce que l’on a.

Durant ses quatre premiers épisodes, Killjoys a donc clairement montré qu’elle avait des réglages à opérer, mais ceux-ci sont inhérents au fait que l’univers du show doit se mettre en place. Quelques accrocs au démarrage étaient à attendre, forcément.

Pour ceux qui n’ont pas encore jeté un petit coup d’œil, cette création de Michelle Lovretta (Lost Girl), nous entraine dans le Quad, un système planétaire régi par une puissante compagnie, des magouilles politiques et tout un tas de choses un peu compliqués qu’il n’est pas nécessaire de comprendre. L’histoire se centre sur Dutch (Hannah John-Kamen), John (Aaron Ashmore) et D’Avin (Luke Macfarlane), un trio de chasseurs de primes – aka des killjoys. Agents indépendants, ils doivent chaque semaine retrouver quelqu’un et le ramener (ou le tuer) pour collecter leur dû.

Il y a tout ce qu’il faut pour faire un bon procedural. C’est donc la voie que suit Killjoys pour le moment. Chaque mandat que John, Dutch et D’Avin reçoivent nous sert à mieux comprendre la complexité de la conjoncture socio-économique du Quad. En fait, non. Cela nous permet surtout de saisir à quel point tout cela est complexe.

Michelle Lovretta s’égare en effet un peu trop dans ses explications, mais elle a la bonne idée de ne pas faire trop compliqué au niveau des objectifs de chaque mission. Le troisième épisode par exemple, nous entraine sur une planète agricole – qui donnera surement des flashbacks aux fans de Farscape – où John doit retrouver un homme qui n’est pas là où il devrait se trouver. Tout ce qu’il y a à comprendre est que la cible doit être appréhendée dans les deux jours qui viennent. Pour le reste, il est surtout question de donner l’impression que la situation est sensible et dangereuse, mais cela est fait d’une façon qui ajoute une confusion inutile.

Vouloir insister sur des inégalités sociales, parler d’exploitation, condamner des abus de pouvoir et explorer des pans culturels alimentés par la tradition rend l’univers de Killjoys riche et tangible. Cela offre des possibilités pour raconter toujours plus d’histoire et pour pousser ces trois chasseurs de primes devant rester neutre à questionner leurs engagements – du matériel pour du bon drama.

Malheureusement, pour le moment, il est plus facile de laisser couler que de s’investir réellement dans autre chose que les personnages. Ceux-ci sont forts sympathiques et possèdent une part sombre, un prérequis afin de mieux tirer profit de tout ce travail accompli pour rendre l’univers de la série si compliqué.

Killjoys embrasse ainsi sa part de procedural, mais creuse avec Dutch et D’Avin deux sillons prometteurs donnant le jour à une mythologie qui trouve également dans chaque mission de quoi prendre corps. Il est évident que, à un moment donné, la saison va aborder de front certains de ses mystères, mais il est clairement question de ne pas brûler les étapes. Cela fonctionne assez bien dans le sens où il y a indéniablement de quoi s’investir dans les différentes intrigues.

De plus, la série tire profit d’une belle qualité de production qui ne gâche pas le plaisir. Il ne serait pas étonnant que l’on nous serve rapidement un bottle episode afin d’équilibrer le budget, mais les décors variés et colorés, les effets spéciaux vraiment réussis et une réalisation dynamique donnent au show un côté certainement attractif.

Dans l’ensemble, Killjoys remplit son contrat. Elle offre ce que l’on pouvait attendre d’une série de ce genre et est pleine de promesses. La construction de l’univers est donc le point faible pour le moment, mais on peut espérer que cela sera justifié ou au moins compensé dans la suite de la saison. Avec une mythologie qui prend corps de façon intéressante et des épisodes qui ne laissent pas de place à l’ennui, même si rien ne changeait, il n’y aurait de toute façon pas forcément de raisons de se plaindre.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link