Law and order – Bailout (19.15)

La maitresse du directeur d’une banque qui a fait faillite se fait renverser par un camion. L’enquête va révéler qu’elle venait de s’enfuir du lieu où elle était retenue captive après avoir été kidnappée.

La crise économique actuelle va certainement devenir un thème récurrent de Law & Order, comme l’illustre ce dernier épisode. McCoy conclut qu’il va falloir engager plus d’avocats, et ce n’est pas franchement ironique. Beaucoup de personnes ont perdu énormément, que ce soit leurs maisons, leurs jobs ou autre, le taux de criminalité risque donc fortement d’augmenter.

À commencer par le kidnapping qui nous intéresse dans l’épisode du jour. L’enquête de Bernard et Lupo est assez linéaire et le suspect principal ne tardera pas à être identifié, même si finalement, celui-ci sera innocenté par le coupable réel.

C’est du côté du procès que cela devient intéressant, car au lieu de discuter de culpabilité du prévenu interprété par Kevin Corrigan, l’avocat – John Ventimiglia – se concentre sur ce qui est à l’origine de toute l’affaire, un banquier nommé Peter GardnerMichael Gaston. Ce dernier a une belle vie et profite de tout son argent, tandis que l’accusé consacre sa vie à aider des jeunes garçons à rester dans le droit chemin. C’est une défense assez frustrante, car finalement, Cutter a du mal à diriger les témoignages sur ce qui s’est passé.

L’économie contre la justice, là est le problème auquel vont devoir faire face les défenseurs de la loi. On peut donc s’attendre à d’autres dénouements de ce genre – avec des variations quand même.

L’épisode illustre convenablement son idée, même si l’argumentaire aurait certainement mérité une affaire où la culpabilité de l’accusé était bien plus affirmée.