Law & Order : Criminal Intent – Astoria Helen (8.06)

Une enquête sur la mort d’un homme suite à une explosion va diriger Nichols et Wheeler sur la piste d’un groupe de braqueurs qui ont volé un transporteur de fonds. Helen Bramer, mère célibataire, va se retrouver impliquée après avoir fréquenté l’un des suspects aujourd’hui décédé.

Au menu du jour : braquage de banque, meurtre, une mère célibataire avec un enfant et donc, notre duo d’enquêteurs qui arrivent après tout le monde et qui doivent démêler tout ça.

Franchement, ce n’est pas l’épisode le plus passionnant qui soit. Le point de départ n’est pas dénué d’intérêt, mais le nombre de protagonistes est rapidement réduit au point qu’il ne nous reste qu’à deviner qui a fait quoi et quand. Pour maintenir le suspens, on nous emmène dans diverses directions pas toujours convaincantes, en particulier celle où les détectives perdent du temps à chasser le fantôme du dénommé Joe Gallagher, comme si sa mort pouvait paraitre crédible deux secondes. Le problème, c’est qu’il arrive à leur conclusion trop longtemps après nous.

Bref, notons quand même qu’Arija Bareikis fait sa seconde apparition dans la série. Dans la pure tradition Law & Order, elle interprète un personnage tout à fait différent par rapport à la fois précédente (lors du premier retour de Logan ; 4.13 – Stress Position).

Côté guest star, nous avons également Domenick Lombardozzi (déjà passé dans Law & Order et Trial By Jury, reste SVU). Il nous sort son attitude habituelle, mais entre bien dans le rôle et se révèle plutôt crédible, même si dans sa scène finale, face à Nichols, il n’a pas le matériel qu’il mérite pour renforcer la crédibilité de la chute. C’est d’ailleurs là un des points faibles de l’épisode, la façon dont le nouveau détective de la section criminelle assemble les pistes et manipule son monde. Trop de raccourcis sont empruntés et il aurait été définitivement mieux d’éviter cela en offrant aux suspects la possibilité d’être plus que des pions.

Au final, ce n’est donc pas mémorable, mais ça tient quand même la route, de peu. Nichols mériterait de se trouver face à un véritable mastermind du crime, histoire qu’on discerne mieux ses capacités.