Law & Order : Criminal Intent – Identity Crisis (8.03)

Vingt ans après la mort de sa mère, Thomas, vivant sous le nom de Gray Vanderhoven, reçoit la visite de son frère, Anthony, qu’il tuera avant de disparaitre. Il endossera une nouvelle identité, tandis que Goren et Eames commencent à retracer sa vie.

Dès l’ouverture, on retrouve l’atmosphère et la construction à l’ancienne. Du Law & Order : Criminal Intent Old School, pourrait-on dire. Il y a peut-être là l’expression d’une volonté à revenir aux bases de la série après tout ce qui s’est passé pour Goren, un moyen de marquer une différence avec la seconde équipe. Peut-être. On verra sur la durée, mais ce début de saison donne l’impression que le couple d’enquêteurs se doit de retrouver sa place et, surtout, ses méthodes.

Ainsi, nous allons suivre Gray/Tyler/Thomas, peu importe son nom, interprété par Sam Trammell, qui change donc d’identité depuis des années, et dont son presque unique crime est celui d’avoir tué son frère. Car le reste, ça ne tiendrait jamais devant un tribunal. Qui dit à l’ancienne, dit ADA.

Bref, ce personnage mystérieux est vraiment celui qui captive, laissant les deux détectives chercher qui il est vraiment. Goren doit donc tenter de le cerner et quand ils se retrouveront enfin face à face, on retrouvera le travail psychologique qui fit la grandeur du personnage.

La situation de Thomas et de Bobby n’est pas tellement éloignée sur certains points, et donc, il est quand même surprenant que le rapprochement n’est, à aucun moment, suggéré. Il semble clair que le season finale de la saison 7 a vraiment fait son travail en faisant table rase de tout cela.

Nous avons donc là un épisode qui devrait séduire les puristes de la série. L’histoire se montre assez prenante, et on pourra déplorer quand même quelques ratés dans la réalisation qui viennent en de rares occasions déranger le visionnage.