Law & Order – Exchange (19.20)

Deux scientifiques anglais sont retrouvés morts, brûlés après avoir été poignardés chez eux. L’enquête va mener à une employée de la ville perturbée et jalouse qui avait arrêté de prendre ses médicaments plusieurs mois auparavant.

Cutter et Rubirosa ont de quoi faire cette semaine. Tout commence par une double mort qui se suit d’une troisième – dommage collatéral -, celle du suspect principal. Green et Lupo vont alors suivre la piste d’un site internet bidon et d’une série de fausses accusations à l’encontre d’une des victimes. Cela les mènera à la suspecte : Wendy Teal.

Les choses se compliquent à partir de ce moment. En fait, tout pourrait être vite conclu, car Wendy plaide coupable. On sait dès lors que quelque chose va se produire, étant donné qu’il est bien trop tôt pour nous mettre le générique de fin. C’est là que Connie bénéficie d’un peu d’intérêt de la part des scénaristes et impose ses doutes et théories. Elle se montre presque acharnée, car la coupable est malade, psychologiquement, et que personne ne semble prêt à en tenir compte. Au contraire, car le frère de celle-ci insiste pour dire qu’elle était consciente de ce qu’elle faisait.

Bref, on arrive au petit twist – presque trop prévisible – qui va pousser le frère sur le banc des accusés. Maintenant, Cutter est bien décidé à le faire payer pour tout, mais cela ne sera pas évident. L’ADA sait se montrer borné, et pour une fois, il est même encouragé à fond par son assistante qui, souvent, lui sert plus à le raisonner.

C’est donc le moment pour McCoy, loin des préoccupations politiques récentes, de venir lui faire la morale sur le but de son travail. Étrange comportement quand on voit ce que lui-même, en son temps, a pu faire à l’époque où il partait dans une de ses croisades. Il faut quand même reconnaitre que son style diffère de celui de Cutter qui semble parfois près à tordre la loi pour qu’elle s’adapte à son sens de la justice – porté régulièrement sur la vengeance.

Nous sortons donc des thèmes récemment exploités pour revenir à une histoire de meurtre, de famille et de responsabilité. L’approche, en particulier la participation de Rubirosa, donne un certain intérêt à l’intrigue, même si par moment elle se montre bien fragile.