La mort d’un touriste va mener Lupo et Bernard à enquêter sur les agissements d’un shérif dans une petite ville. Ce dernier s’est fait des amis haut placés, ce qui va forcer McCoy à intervenir.

McCoy n’était pas encore officiellement dans la course pour le poste de procureur aux prochaines élections, enfin, jusqu’à la fin de cet épisode. Pour marquer le coup, quelques guest stars : Clancy Brown, Katee Sackhoff et Tom Everett Scott qui reprend une fois de plus son rôle de Gouverneur.

Tout débute par une histoire de meurtre presque banal pour la série. Tout cela mettant en scène Katee Sackhoff et sa tough attitude qui fait d’elle le suspect numéro 1. Le dossier est maigre et la participation de l’actrice de Battlestar Galactica va rapidement s’achever, car notre duo de détective part pour la campagne, enfin, pour l’arrière-pays, histoire de recomposer un passé qui n’aurait pas dû ressurgir.

Sans trop s’en rendre compte, voilà que Lupo se retrouve à devoir mettre en pratique ses premiers cours de droit pour se défendre devant un juge. Le détective va d’ailleurs avoir plus d’une fois l’occasion de montrer ses talents. Il parle chinois, connaît quelques prises d’autodéfense, et donc, apprend la loi. Quel homme complet.

Avant de basculer en mode politique, l’histoire va nous brosser le portrait d’un shérif corrompu joué par Clancy Brown, totalement sous-exploité ici. Ce n’est pas l’histoire la plus originale qui soit, mais la conjoncture inédite dans laquelle se trouve Cutter et Lupo, à ce moment-là, va faire passer la pilule sans que l’on ne s’en rende compte.

Bien entendu, tout ceci ne va pas se poursuivre par une simple condamnation, non, pas de procès dans cet épisode. C’est là que Shalvoy refait surface. La dernière fois que nous avons eu l’occasion de le voir (18.18 – Excalibur), il utilisait tout ce qu’il pouvait pour se débarrasser d’une affaire de prostituée un peu trop encombrante. Il n’a pas changé, le revoilà à manigancer pour empêcher les hommes de McCoy de faire leur travail. Ce dernier se retrouve donc à négocier le bout de gras avec le gouverneur. Ce dernier va se défiler, arguant que tout ça est politique (…).

Bref, le procureur n’a peut-être pas été élu, mais ce n’est pas pour ça qu’il doit se faire rembarrer de la sorte. Après tout ce temps, on sait que ce bon vieux Jack n’est pas de cette engeance. L’affaire va donc se démêler de manière assez intelligente, une discussion aura suffi, mais la guerre pour le bureau du procureur est lancée et McCoy ne va pas partir par la porte de service.

Même si cet épisode est par moment un peu faible à cause de l’utilisation de quelques ficelles scénaristiques un peu usées, l’histoire a quand même de la force, aidée par des personnages bien maitrisés, notamment Jack McCoy – pour ne rien changer.