Un combat de rue se transforme en meurtre. Le manque de preuve et le fait que la victime soit entrée dans le combat volontairement vont conduire à une libération. Il va s’en suivre un combat rangé entre les amis de la victime et ceux de du tueur. Certains vont en mourir.

C’est donc la 19ème saison qui commence, et pour l’occasion, parlons politique, terrorisme et violence urbaine.

Tout commence donc avec des combats, en public, entre personnes consentantes. Pour cela, la police ne peut pas faire grand-chose, à part peut-être distribuer des amendes pour nuisances sur la voie publique. Le truc, c’est que l’un des combattants va finir mort suite aux blessures qu’il a reçues durant son combat. Le dossier n’est pas épais, et on peut être surpris de voir Rubirosa débarquer si tôt dans l’épisode.

Il faut dire que l’on a droit ici qu’à une mise en place du contexte réel de ce qui va véritablement faire l’intérêt de l’épisode. Voilà que cette affaire est partie pour se régler dans un parc. Sans preuve pour trouver les véritables responsables, avec l’approche des élections, McCoy n’a plus beaucoup de choix et quand Connie arrive avec son idée de terrorisme, cela parait un peu trop gros. Peut-être pas finalement, car Cutter, contre toute attente, va monter une plaidoirie convaincante.

Nous nous retrouvons donc avec un procès qui rappelle la place de la justice dans la société américaine. Dans un contexte économique sur le déclin, il était surement judicieux d’aborder le sujet qui est le cœur même la série, lui donnant ainsi plus de légitimité que jamais à illustrer ses propos de la manière qu’elle le fait.

Pour son retour, Law & Order n’y va pas par quatre chemins, n’hésitant pas à frôler le ridicule. Le fait est que ça fonctionne. Nous voilà repartis pour une 19ème année qui s’annonce déjà sans compromis.

Guest Star : Pablo Schreiber