Le meurtre d’un vendeur d’or va mener à un réseau de prostitution. Le procès va se compliquer quand Jack McCoy va identifier celui qui doit être le principal témoin. L’affaire devient politique.

Pour clôturer sa première saison au poste de procureur, Jack McCoy va connaître les affres de la politique comme jamais il n’a voulut. On commence donc sur une histoire de meurtre, presque banale, qui va rapidement mener à un réseau de prostitution de luxe. Jusque-là, rien d’extravagant, tout se déroule assez rapidement, un peu trop peut-être, et l’on devine que le procès ne va pas être une partie de plaisir à partir du moment où Cutter et Rubirosa interviennent si tôt dans l’affaire.

Mais les deux employés du procureur vont eux aussi hâtivement laisser leur place, et ce, à leur patron, le célèbre Jack McCoy. Vu son passif dans la série, il a déjà été impliqué, durant cette saison dans diverses affaires, là où son prédécesseur, Branch, aurait simplement donné que quelques phrases de sagesses autoritaires. Mais pour la conclusion de cette saison plutôt réussie, il fallait quand même lui donner l’occasion d’expérimenter les mauvais côtés du job.

Le voilà donc coincé entre les fédéraux, la justice, et le gouverneur. Donald Shalvoy nous avait donc été introduit précédemment, et sera surement là la saison prochaine, car pour Jack, l’avenir à la tête du bureau du procureur devra passer par une élection, et l’influence du gouverneur sera importante. Voilà comment nous sont présenté les enjeux de toute cette affaire, mais pour McCoy ne voit pas forcément les choses comme ça, lui qui nous a habitués à partir en croisades pour défendre la justice. Il ne va donc pas décevoir, allant à l’encontre de ses ambitions personnelles pour mettre un meurtrier derrière les barreaux. Sans surprises, Cutter abonde dans son sens, car malgré les différences entre les deux hommes, il est assez clair qu’ils sont animés par les mêmes besoins de justice.

Bref, Sam Waterson a l’occasion de nous montrer une fois de plus l’étendue de son talent, dominant complètement l’épisode, sans pour autant éclipser le reste du casting. Un bon épisode pour conclure une saison marquée par de nombreux changements, et qui a montré que la série peut changer en restant la même. Après 18 saisons, elle est toujours au niveau.