Un prêtre vient voir Logan. Se présentant comme un vieil ami de Lenny, il lui parle d’un vieux dossier dans lequel un innocent a été condamné. Avec le peu d’indications fournies, l’affaire est déterrée, mais Terri Driver, qui a fait sa carrière en gagnant ce procès, ne compte pas laisser les détectives de la section criminelle arriver au bout de leur investigation.

La participation de Leslie Hope dans le précédent épisode n’était pas anodine, non, elle était là pour donner de la crédibilité aux évènements de cet épisode, celui du départ de Logan. Du coup, dès le départ, on sent venir le coup de poing, mais ça ferait un peu répétition, dès lors, non, on sait qu’il ne va pas la frapper. Mais, avant de parler de la fin, commençons par le commencement.

L’épisode commence par la confession du tueur, le meurtre, Wheeler et son fiancé, et enfin, le prêtre qui vient parler à Logan. Pour que les détectives soient introduits de cette manière, il faut que cela ait des répercussions sur eux. De ce côté-là pas de surprise donc, car on sait que Logan part, mais Wheeler va elle aussi subir les conséquences de tout ça.

L’enquête est assez bien rythmée. Pas mal de révélations, des rebondissements importants, un dossier qui se monte de toutes pièces devant nos yeux. Bref, du bon Criminal Intent. Ce qui change d’une enquête traditionnelle c’est l’implication du Terri Driver. Cette dernière va venir placer les enjeux pour les détectives, les impliquant plus que de raison dans l’affaire, et poussant Logan à être agressif. On va donc jouer sur le plan de l’investissement émotionnel qui pousse en général le détective à faire ce qu’il ne doit pas faire. Comme avec Eames, dans le cas de Goren, Wheeler va payer le prix de l’acharnement de son partenaire, devenant ainsi première sur la liste des dommages collatéraux.

On aurait pu penser que pour le coup, on nous ramènerait l’histoire de son père, dont le développement a souffert du congé maladie de l’actrice. Il faut dire que Wheeler n’a pas vraiment eu le temps de bien s’installer, et à chaque fois qu’elle semble bien à sa place, son univers est bouleversé. Bref, c’est le fiancé – joué par Jonathan Cake – qui est la véritable source des problèmes. Lui aussi nous a été présenté officiellement dans le précédent épisode, donnant à toute cette histoire un côté fabriqué pour l’occasion, mais bon, ça tient la route de manière convenable. Cette histoire restera en suspend, la suite la saison prochaine.

On arrive à la fin, et au départ de ce bon vieux Mike. Là, c’est un peu la déception, car il ne s’en va pas vraiment. Le prêtre lui conseille de prendre sa retraite, qu’il est temps pour lui. Les récents évènements pourraient suggérer quelques sanctions disciplinaires. Allez savoir, cela sera peut-être évoqué au lancement de la saison 8.