La mort d’un étudiant dans une école privée formant l’élite va mener Goren et Eames à enquêter dans un monde de compétition et de manipulation.

Petit retour aux sources pour Goren et Eames. Il faut dire que ce genre d’enquête a plus ou moins disparu de la série ces derniers temps. Nous voilà donc avec un prégénériques où l’on suit la victime, mais aussi un groupe de jeune qui orchestre une sorte de manipulation. Tout le monde semble suspect avant même que le mort ne soit révélé. D’ailleurs, on nous fait croire que la victime serait une autre personne. Du travail donc dans la mise en place de l’histoire.

Après cela, les détectives de la Major Case Squad vont passer de suspect en suspect. Les révélations sont habillement distillé d’un bout à l’autre de l’épisode, nous permettant de résoudre le puzzle au fur et à mesure.

Ce n’est certes pas l’enquête la plus complexe de la série, mais sa construction est suffisamment bien agencée pour que l’on reste captivé d’un bout à l’autre. Quand le suspect final est révélé, on a déjà deviné depuis quelque temps que c’était lui. D’ailleurs, la scène où ce dernier finit par tout avouer, même si elle est appuyée par de bons arguments pour justifier son comportement, est un peu « facile ». Il faut quand même remarquer que pour une fois, l’avocat ne reste pas là à se taire, même s’il aurait pu être plus vigoureux pour faire taire son client.

Bref, ce n’est pas parfait, mais cela n’enlève pas le fait que l’épisode renoue avec le format traditionnel de la série, celui qui a fait son succès. On connaît certes les plus grosses ficelles de ce type de scénario, ce qui n’empêche pas d’être surprit à l’occasion.

À noter que John Shea fait une fois de plus la guest star dans une série de la franchise Law&Order.