Un célèbre magicien s’est fait enterrer vivant pendant un mois. Quand on le sort de sa tombe, le cercueil est vide. Son corps est retrouvé sur la scène de son mentor, Carmine, transpercé de toute part par des sabres, après qu’un tour ait mal tourné.

Goren et Eames s’attaquent au monde de la magie. Toutes les séries policières aiment y faire un tour quand elles en ont l’occasion. Il faut avouer que l’univers s’y prête bien, entre mensonges, secrets et illusions, il y a un bon terreau pour une énigme meurtrière.

Le souci, c’est que le sujet a déjà bien été exploré et il s’est montré moins complexe qu’il n’y paraissait au premier abord. Difficile de ne pas nous expliquer quelques tours et de ne pas y mélanger une petite rivalité entre membres de la communauté des illusionnistes.

Cet épisode ne va pas révolutionner ça, au contraire, on y retrouve tous les ingrédients de la recette. Le déroulement de l’épisode est dès lors fort prévisible, mais la qualité scénaristique de la série va permettre de compenser cette lacune en dosant bien les rebondissements et autres révélations. On passe d’un suspect à un autre, même si le coupable nous apparaît avec une certaine évidence, il y a un petit doute qui n’est pas entretenu longtemps, mais qui donne le change.

Dans tout ça, Goren retrouve son âme d’enfant. L’ambiance est donc un peu plus détendue que d’habitude, enfin, par moment, car on nous ramène de manière insidieuse les petits différents qui existent entre Eames et son partenaire. Cela n’est qu’évoqué, mais, malgré les apparences, si je puis dire, on sait que ça existe encore.

Côté guest stars, nous avons James Frain et Christopher Lloyd qui viennent faire les magiciens. Deux très bons acteurs qui apportent une crédibilité supplémentaire à l’histoire.

Avec un sujet éculé, Criminal Intent nous donne donc un épisode qui tient la route, sans rien réinventer.