En voulant débarrasser Cara de la magie qui l’a de nouveau convertie, Zedd va modifier plus que ça et se retrouve dans un monde où Richard possède le pouvoir d’Orden et a rétabli la paix dans les Midlands. The Keeper compte quand même reprendre le pouvoir.

Nous voici avec la première partie du double épisode qui conclue la série. Pour l’occasion, on nous met en place une histoire un peu particulière, vu qu’au lieu de lancer Richard et ses amis après Darken Rahl, on voit Zedd modifier toute la réalité.

Chose étonnante, donc, car Zedd s’est rarement trouvé au cœur d’une histoire, servant trop souvent de faire-valoir ou d’accessoire. Certes, il a eu ses moments de gloire et des développements intéressants, notamment durant la seconde moitié de cette saison, mais là, c’est différent, car il change toute la donne.

Pour le coup, nous assistons à ce que la vie aurait dû être pour le Seeker et les habitants des Midlands si tout s’était passé comme prévu à la fin de la première saison. Pour cela, il suffisait juste d’enlever Cara de l’équation, car c’est elle qui fit toute la différence à l’époque. Cette Cara là a fait du chemin et elle manque un petit peu à cet épisode, étant donné qu’elle se retrouve coincée dans le rôle d’une gentille institutrice. Heureusement pour elle, le destin lui apporte Leo… Enfin, ça, c’est pour l’anecdote. Et ça ne sera pas le seul élément de l’histoire qui entrera dans cette catégorie, car l’occasion est donnée de ramener quelques personnages un peu oubliés et de faire des références au passé de la série.

Donc, la saison dernière, Richard et Cara s’étaient retrouvés dans un futur dans lequel Rahl était vainqueur, cette fois, Zedd est dans une réalité où Richard n’est que temporairement celui au pouvoir, Rahl regagnant sa place. Dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, il faut avouer que tout ceci semble quand même un peu fait pour gagner du temps. Certes, l’idée n’est pas mauvaise, mais elle est utilisée au moment où les enjeux et les risques n’ont jamais été aussi grands et proches de l’inaccessible.

Le détour a donc son intérêt et est même assez courageux, mais il amplifie surtout la pression et la frustration que générait l’approche de cette conclusion. A la fin, tout semble perdu, mais ça n’empêche pas le prochain épisode de s’annoncer épique.

Quoi qu’il en soit, Unbroken est un épisode plutôt bien mené, assez rythmé et qui délivre un peu de tout ce que l’on peut attendre de la série. L’idée aurait juste pu être exploitée à un moment moins crucial.