Life – Farthingale (1.08)
Une explosion dans un appartement va tuer un homme à la vie étrange. Il avait deux femmes, chacune le prenant pour l’homme qu’il n’était pas. Pas de motif, pas de suspect, et pas d’identité. Ames, le détective qui a mis Charlie en prison, est retrouvé mort. L’inspection des services vient enquêter sur Charlie.

Life passe la seconde. Alors déjà, Constance revient. Bon, je saluais son départ, et son retour surprend, mais n’est pas dénué d’intérêt. Ensuite, une enquête qui change de l’ordinaire. Même si le coup du bigame a déjà été fait un certain nombre de fois, il y a beaucoup d’originalité dans sa mort et sa vie. Et pour finir, bien entendu, la mort d’Ames. L’intrigue dite « fil rouge » de la série stagnait. Autant dire que les petites révélations occasionnelles n’avaient comme but unique de maintenir ce fameux fil. Là, on passe à autre chose, car par la mort de cet officier de police, il semble assez clair que c’est Charlie qui est visé. Rebondissement assez inattendu. Ce qui est bien c’est que la relation entre les personnages ayant évolué, la lieutenant ne réagit pas comme elle l’aurait fait il y a encore quelques semaines, ce qui laisse un peu plus douter de son implication dans cette affaire. L’introduction du père de Dani n’est pas très surprenante, elle était inévitable après l’épisode précédent. L’homme n’est pas net, mais il ne faudrait pas se laisser aveuglé, on ne sait pas grand-chose non plus. Une chose est sûre, ça se ressert pour Charlie.

En allant de l’avant de cette manière, Life ne fait qu’amplifier ses qualités. La gestion des personnages est désormais bien rodée, et même Ted a son rôle à jouer. L’avenir de cette série m’enthousiasme de plus en plus.