Life – 5 Quarts (2.19)

Crews et Seever enquêtent sur la mort d’un médecin légiste retrouvé vidé de son sang dans la morgue. Ted tente une nouvelle fois de se réconcilier avec sa fille. Dani en termine avec le FBI.

Avec son habitude de s’intéresser à des gens quelque peu excentriques, j’ai cru un instant que nous allions nous retrouver plongés dans une histoire de pseudovampire urbain. Après tout, le sang du mort avait disparu. Mais c’était un peu trop classique et, finalement, moins original dans le concept que le microcosme de cette morgue.

Donc, on a Linda « Hoshi » Park dans le rôle d’une légiste qui va guider notre duo de détectives dans la vie un peu étrange qu’est la sienne et celle du mort. On va y rencontrer une photographe qui prédit les décès imminents, une goth qui danse avec les cadavres, et un collègue de travail – Ian Gomez – un peu arrogant et pas très marrant. Pourtant, à la morgue, l’ambiance est plutôt festive.

Le déroulement de l’investigation s’appuie sur les routines de la série pour nous donner un bon rythme, quelques petits twists sympathiques, et une conclusion pas forcément évidente à prévoir, ce qui est un plus.

À côté de ça, nous avons Ted qui renoue enfin avec sa fille. Comme toujours, cela se résume à 2-3 scènes, ce qui est une fois de plus assez dommage, car il y a un véritable potentiel non exploité autour de ce personnage.

Il y a également Dani et le FBI. Le retour annoncé de l’agent Bodner se fait plutôt bien, dans la logique de la relation qu’il entretient avec Charlie. Il va nous apprendre ce qu’on sait déjà, que Reese n’a pas rejoint une task force de quelque sorte que ce soit. Ça piétine, ça regarde encore les mêmes photos, mais la fin semble préparer le season finale. Enfin, on verra. L’avantage, c’est que même si de ce côté-là l’histoire fait du surplace, elle n’est pas trop envahissante.

Nous avons donc une fois de plus un bon épisode, dans les standards de la série. Un peu trop peut-être, car il y a, depuis le départ de Dani pour le FBI, une perte de spontanéité qui commence à être palpable. Ce n’est pas handicapant, mais, même si Seever n’est pas un mauvais personnage, il est clair qu’elle n’est qu’une simple substitut qui a déjà atteint ses limites avec Charlie. Personne ne replace Reese, et cela se sent vraiment.