Un député du shérif est retrouvé mort dans une réserve indienne. Crews et Reese aident la police tribale à enquêter.

On reprend peu de temps après « l’enlèvement » de Charlie. En fait, comme on pouvait s’en douter, tout ceci n’est qu’un malentendu, une parade supplémentaire pour faire trainer l’enquête dite « fil rouge » de la série qui semble aujourd’hui bien délavée. L’épisode va d’ailleurs se conclure là-dessus, avec une révélation de Mickey Rayborn, mais, forcément, on ne l’entendra pas. L’intégration de l’enquête personnelle de Crews était une force de la première saison. Aujourd’hui, je pense qu’il serait bien de s’en débarrasser, car elle n’a pratiquement plus aucun intérêt sur le plan narratif.

Le reste de l’épisode est consacré à l’enquête dans la réserve indienne. Life réussit toujours à apporter son petit plus à des histoires qui semblent avoir déjà été trop racontées. Les personnalités des détectives aidant, nous voilà avec un bon mélange scénaristique mêlant une intrigue policière parsemée de révélation inattendue avec les excentricités de Charlie. Reese n’est pas trop mal dans le genre, tendant par moment à devenir comme son partenaire. Sa relation avec Tidwell est d’ailleurs une bonne source de comédie pour la série.

La fin de l’enquête n’est finalement pas trop une surprise, mais reste quand même assez solide, appuyé par un développement bien maitrisé de la relation entre les policiers et les suspects. Le point faible de l’épisode est léger, mais quand même là, je parle bien entendu de quelques clichés bien usés sur les indiens dans les séries policières. Heureusement, ils sont majoritairement introduits pour être détournés, ce qui fait que finalement, on n’y prête pas trop d’attention.

Au final, l’épisode est de très bonne facture, même si l’on peut toujours regretter l’utilisation anecdotique de Rachel, Ted et de l’enquête « fil rouge ». Si cela n’était pas présent, on ne pourrait même pas s’en plaindre.