Life – Initiative 38 (2.20)

Crews et Seever sont appelés à enquêter sur la mort d’une élue qui militait pour le retrait des armes à feu. N’arrivant pas à joindre Dani, Tidwell et Charlie tentent de localiser son téléphone.

La fin de saison (série ?) est proche et ça se sent. Non pas que l’enquête du jour ait à voir avec l’investigation « off the book » de Charlie, mais Dani a disparu et tout va se mettre en place pour nous arranger un season finale que l’on attend déjà avec beaucoup d’impatience.

Mais avant cela, Seever et Crews sont sur une affaire de meurtre. Une politicienne qui milite contre les fabricants d’armes à feu et qui veut donc faire voter « l’initiative 38 » pour limiter leur propagation. On évolue alors dans un monde politique où les manipulations sont inévitables et où les apparences sont trompeuses. Il va falloir quelque temps à nos deux détectives pour en mesurer toute l’étendue et, en attendant, ils vont un peu se balader.

Au bout du compte, nous avons le droit à une enquête avec pas mal de suspects, des motifs un peu trop vagues, quelques guest stars (Kevin Kilner, Lauren Cohan, Darby Stanchfield et Marisol Nichols) et des pistes à suivre. L’ensemble fonctionne plutôt bien et, même si le retournement de fin n’est pas très surprenant, cela reste très cohérent.

Malgré cela, la partie qui intéresse le plus est la disparition de Dani et là, le twist final est réellement efficace et offre dès lors une ouverture véritablement énergique pour la conclusion de la saison. D’ailleurs pour aboutir à cela, Ted va participer, ainsi qu’Amanda Puryer qui fait un retour bienvenu qui permet à l’intrigue de prendre un petit raccourci sans que cela ne soit pénalisant.

L’épisode est donc assez bon, mais arrivée à ce stade, il faut avouer que les quelques scènes autour de ce qui arrive à Dani resteront plus longtemps à l’esprit que l’investigation centrale. Une fois de plus, Seever est une interlocutrice de qualité pour Charlie, mais elle n’est pas Reese et la différence de ton que cela apporte tend à un peu trop banaliser l’histoire. La fin, la semaine prochaine…