Life on Mars - Home Is Where You Hang Your Holster (1.11)

Un conseiller, venant d’être arrêté en compagnie d’une prostituée, après une descente de police, révèle à Sam qu’il vient de 2009. Mais, le commissariat se retrouve en quarantaine quand un homme se fait tuer dans l’immeuble.

Le mystère autour de la vie de Sam Tyler en 1973 s’épaissit. Après l’arrestation d’un conseiller, ce dernier lui apprend qu’il vient de 2009, et pour appuyer ses dires, il annonce à notre voyageur que le nouveau président est noir. Bon indice temporel, on peut dire.

Pas de chance pour Sammy car l’homme en question va se faire tuer au sein même du commissariat. Il va  quand même avoir le temps de révéler, avant de pousser son dernier souffle, qu’il avait trouvé le moyen de rentrer chez lui. Alors que Tyler recommence à avoir des hallucinations, il faut trouver le coupable.

À l’extérieur, nous suivons Ray et Annie, duo improbable, qui mène l’enquête de leur côté. Michael Imperioli est totalement génial, ce qu’on savait déjà, vu que ce n’est pas nouveau de cet épisode, mais offre ici une nouvelle dimension au personnage, tout particulièrement quand nous rencontrons sa femme. À ses  côtés, on donne la possibilité à Annie de s’affirmer, et même de faire une petite blague. Ils gagnent vraiment tous deux en consistance, à travers leur opposition.

Pendant ce temps-là, au sein du commissariat, Sam apprend que Hunt sait pour lui et sa fille, qui est justement coincée dans le bâtiment. Mais Tyler a d’autres préoccupations, car sa rencontre avec le conseiller est comme un signe, une preuve vivante qu’il n’est pas fou. Surtout, cela signifie-t-il donc que Sam n’est pas le seul voyageur ? J’avoue que j’ai dû mal dans ces moments-là à m’enlever la fin de la version UK, surtout que si on fait la liaison avec Ashes To Ashes, on peut avoir sa petite idée. Mais les créateurs de la moulure US ont peut-être d’autres plans.

Malheureusement pour l’épisode, l’intrigue policière est sans saveur. On fait peu de cas pour le mort, et le coupable est bien trop évident. Cela gâche pas mal l’ensemble qui aurait alors pu être largement supérieur. Ce dernier se retrouve donc avec des moments plutôt creux.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire