Life on Mars : Retour sur la série policière culte de BBC qui nous ramenait dans les années 70

Life On Mars, Série Anglaise

Plus que n’importe quel genre, le policier possède une formule établie que les scénaristes tentent de pimenter à l’aide d’un twist. Avant que cela ne devienne trop monnaie courante, Matthew Graham et Ashley Pharoah en avaient trouvé un plus qu’original avec Life on Mars qui était destiné à marquer la télévision britannique.

Lancée le 9 janvier 2006, voilà maintenant 10 ans que la série a fait ses débuts sur le petit écran anglais. Si l’exportation de nombreux programmes et la multiplication des shows ont fait que Life on Mars est aujourd’hui moins citée, elle reste une œuvre culte des années 2000 — aussi imparfaite qu’elle fut marquante.

Se composant de deux saisons diffusées entre janvier 2006 et avril 2007, Life on Mars a été imaginée en 1998. Originellement nommée Ford Granada comme la voiture des années 1970, BBC a rejeté le projet qui était présenté comme un programme plus humoristique se moquant du style et de l’attitude des seventies – avec Neil Morrissey envisagé dans le premier rôle.

Life on Mars est redéveloppée sur Channel 4 pour s’orienter sur le duo formé par Sam Tyler et Gene Hunt. Jugé « idiot » par la direction, le projet a été de nouveau stoppé. La série finit par attirer l’attention de Julie Garner – alors chez BBC Wales – qui persuada Jane Tranter à la tête des Drama pour BBC de passer commande. John York, qui avait participé au développement chez Channel 4, rejoint à cette période la BBC et travailla sur la série aux côtés de Gardner durant toute son existence.

Initialement située à Londres, l’action est déplacée à Leeds puis Manchester dans une initiative de la chaine de placer plus de programmes dans cette ville. De son côté, la compagnie de production Kudos réclame un changement de nom. Sam Tyler était alors nommé Williams, ce qui n’était pas assez marquant pour eux. Graham demandera à sa jeune fille son opinion, qui suggéra donc Sam Tyler – en référence à Rose Tyler de Doctor Who.

Tout ceci nous mène naturellement à ce qui est maintenant connu. Life on Mars nous raconte l’histoire de Sam Tyler (John Simm), un policier de Manchester qui est heurté par une voiture en 2006. Lorsqu’il reprend connaissance, il se trouve en 1973 travaillant pour la Manchester and Salford Police. Il est Detective Inspector sous les ordres de Gene Hunt (Philip Glenister). Sam Tyler se pose alors LA question autour de laquelle toute la série se développera : Am I mad, in a coma or back in time ? Cela nous donne l’excellent générique :

Test Card Girl dans Life On Mars, Série Anglaise
La Test Card Girl prend vie dans Life on Mars

La réponse à cette fameuse question était plutôt évidente, mais elle participa aussi à alimenter les discussions. L’équipe créative entretenait de son côté le mystère autant que possible grâce en partie à l’intégration de phénomènes paranormaux. Sam entendait des voix et des images à la radio, au téléphone ou à la télévision lui venant de 2006. Sa condition médicale était alors discutée, ce que lui laissait penser qu’il était dans le coma.

Ses rencontres inattendues avec la Test Card Girl de la Test Card F qui lui parlait directement l’entrainaient à imaginer qu’il avait peut-être perdu la tête. Sam se laissa aussi en partie convaincre qu’il se trouvait bien en 1973 par sa collègue Annie Cartwright (Liz White) en se basant sur l’idée qu’il ne pouvait pas concevoir la période avec autant de détails.

Savoir si Sam était fou, dans le coma ou avait voyagé dans le temps était un point central du récit. Les éléments autour de ce mystère et les réactions du policier devant faire face à cette inconnue participaient beaucoup à créer l’atmosphère propre à la série qui était également parsemée de multiples références au Magicien D’Oz ; Sam Tyler était bien entendu Dorothy dans cette histoire – Hunt l’appelant d’ailleurs ainsi à l’occasion. Le personnage de Frank Morgan (Ralph Brown), ennemi de Hunt en 1973 et chirurgien de Sam en 2006, tenait son nom de l’acteur qui endossait plusieurs rôles dans le classique film de la MGM.

Cependant, avant toute autre chose, Life on Mars était une série policière qui possédait la particularité de nous ramener dans les années 70 de Manchester en conservant un regard moderne à travers son personnage principal.

Il n’était pas tant question d’offrir un traitement réaliste que de jouer avec un clash social et culturel inévitable entre Sam et son patron, l’iconique Gene Hunt. Là où le premier était naturellement tolérant et a l’esprit ouvert, ses collègues faisaient preuve sans honte de sexisme et de racisme au quotidien. Personne mieux que Gene Hunt incarnait tout ce que Sam Tyler rejetait en se montrant cru, rude et violent — et en embrassant pleinement ce comportement qui était tout simplement un mode de vie.

Gene Hunt s’imposa comme un personnage haut en couleur, un policier grossier qui était bien plus complexe que les apparences ne le laissaient supposer et qui était entouré d’un certain mystère. Son interprète Philip Glenister délivra d’ailleurs ici l’une de ses meilleures prestations, maintenant l’équilibre parfait entre la grandiloquence de Gene et sa partie plus sombre. N’hésitant jamais à trop en faire quand cela était nécessaire et à aller dans la direction opposée lorsque le récit le demandait, il réussissait ainsi à rendre personnage à la fois cohérent, crédible et attachant malgré tous ses défauts.

Chris Skelton (Marshall Lancaster) et Ray Carling (Dean Andrews), les collègues de Sam, étaient quant à eux présentés comme des sortes de disciples de Hunt. Alors que Ray ressemblait plus à son boss et se retrouvait régulièrement en conflit avec Sam, Chris développa une amitié et du respect pour les méthodes de travail de son nouveau collègue. Il était alors pris entre les deux hommes à plus d’une occasion. Aussi dans les forces, Annie Cartwright était une femme en uniforme qui aida Sam à s’ajuster à la vie dans les années 1970 et la seule qui savait qu’il avait voyagé dans le temps – selon ses dires. Une relation plus que professionnelle est développée entre les deux au fil de la série.

Life on Mars n’était en tout cas pas dénuée d’humour dans les confrontations avec ses deux têtes d’affiche ou dans sa volonté de jouer sur le savoir du public, surtout lorsqu’il s’agissait de pointer du doigt ce qu’on que l’on pensait impossible près de 40 ans plus tôt.

L’ensemble souffrait cependant d’une approche policière plus que conventionnelle. Que ce soit pour aborder le trafic de drogues, la prise d’otage, les meurtres ou les cambriolages, l’équipe créative ne cherchait pas le moins du monde à créer un véritable mystère. Avec des épisodes durant 1 heure, il n’était pas rare que Life on Mars étirait des intrigues qui n’avaient pas forcément quelque chose à dire et qui servaient surtout de prétexte pour confronter deux périodes temporelles.

Life On Mars Serie Anglaise
Annie Cartwright (Liz White) et Sam Tyler (John Simm) dans Life On Mars

Il ne faut bien entendu pas oublier que Life on Mars a vu le jour dans un monde télévisuel qui était révolutionné quelques années plus tôt par CSI. Elle allait dans la direction opposée, tout en prenant en compte cette évolution, même s’il faudra plusieurs années pour que l’effet CSI sur le monde policier et judiciaire soit pleinement établi sur le petit écran.

Quoi qu’il en soit, Sam Tyler entrait régulièrement en conflit avec ses collègues à cause de ses méthodes « modernes ». Alors qu’il était déterminé à obtenir des preuves tangibles, il devait faire face à Hunt qui utilisait autant la brutalité que la corruption pour parvenir à ses fins. Cela plaçait ainsi Sam face à des dilemmes moraux qu’il n’aurait pas eu à affronter si l’action se déroulait dans le présent.

Cela a aussi eu pour effet de créer un sentiment de répétition. L’équipe créative de Life on Mars s’appuyait épisode après épisode sur les mêmes rouages pour alimenter la friction entre Tyler et Hunt qui développaient alors une relation d’amour et de haine. Heureusement, l’alchimie entre John Simm et Philip Glenister faisait de nombreuses étincelles. Les enquêtes manquaient beaucoup d’attrait et illustraient ainsi à quel point la série tirait sa différence avant tout de son concept. Son aura culte se sera entièrement bâti sur celui-ci et sur ses personnages forts.

En plus de son duo principal, Life on Mars profitait de sa période pour s’offrir une bande originale de haute volée – comme seuls les Anglais en ont le secret. Outre le titre phare et incontournable de David Bowie qui donna son nom à la série, le show était alimenté par de nombreux morceaux remontant au début des années 1970 et par une composition musicale plus que réussie signée par Edmund Butt.

Life on Mars s’arrêta donc après deux saisons, les créateurs étant, selon leurs dires, arrivés au bout de l’histoire de Sam. Bien entendu, la fin était tournée vers la fameuse question qui occupait l’esprit du policier depuis son accident. La série aura alors su délivrer des réponses, tout en conservant une part de son ambiguïté qui permit sans aucun doute de donner le jour à un excellent épisode de conclusion. Cela facilitera également la transition vers le spin-off Ashes to Ashes lancée en 2008 — qui est tout simplement une suite de Life on Mars.

En plus de sa série dérivée (qui dura trois saisons), Life on Mars a connu une adaptation américaine, mais aussi une Espagnole et une Russe. Il en a également découlé plusieurs livres dont un humoristique dans lequel les disciples de Gene Hunt – Chris Skelton et Ray Carling – exposent la philosophie de leur patron.

Dix ans se sont donc écoulés depuis son lancement et il serait mentir de dire que Life on Mars reste encore cette œuvre incontournable qu’elle pouvait être il y a quelques années de cela. Si elle est aujourd’hui beaucoup moins évoquée, c’est pour de bonnes raisons. Il est difficile de faire l’impasse sur ses problèmes narratifs et ses nombreuses longueurs. Cela ne lui enlève pas le fait qu’elle fut marquante pour le petit écran britannique et a donné le jour à l’un de ses personnages les plus emblématiques. Cela, ainsi qu’une question étrangement existentielle pour Sam Tyler et le téléspectateur et l’un des meilleurs finals de série. Ce n’est certainement pas rien et elle mérite donc qu’on se souvienne d’elle et qu’on lui souhaite un bon anniversaire.

En France, Life on Mars a été diffusée sur 13e Rue. Elle est disponible en DVD.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link