Sam cherche toujours à comprendre pourquoi il est en 1973. En parallèle, il enquête sur une affaire de cambriolage, et s’oppose à Hunt quant à la détention d’un potentiel coupable, à cause du manque de preuves.

Le second épisode de Life On Mars US fait écho au second épisode de Life On Mars Uk. Même pitch de départ, intrigue similaire, par conséquent, ceux qui auront vu la version originale vont souffrir du même syndrome que pour l’épisode précédent, c’est-à-dire, une impression de déjà vu et une possible sensation d’ennui dû au fait qu’une grande part du déroulement est connu. Certaines scènes sont d’ailleurs les mêmes, ce qui n’aide pas.

Passé ce point, première constatation est que l’on est déjà entouré de visages familiers. Pour cet épisode, on croise la route entre autres de Pablo Schreiber et surtout de Lee Tergesen, district attorney Lee Crocker. Ce dernier pourrait d’ailleurs s’installer en rôle récurrent (seul la suite nous le dira)

Le personnage de Lee Tergesen rejoint donc les bons points de l’épisode, car ce qui est vraiment intéressant ici – hors l’excellente B.O., voilà c’est dit pour toute la série – c’est justement ce qui diverge de son original, l’installation de Sam pour un voyage de plus de 16 épisodes. Ainsi, on introduit par conséquent Windy (Tanya Fisher), en voisine hippie de Sam. Cela permet de le développer en dehors du travail, et possiblement de lui donner un avant-goût de vie à cette époque. La série est faite pour durer, il faut donc entrainer des changements dans les relations à venir, et Sam Tyler a besoin d’un entourage plus important. De même, si on a le droit au même bruit, et au flash avec la forêt et la demoiselle à la robe jour, on assiste aussi à différents procédés pour faire le lien entre sa vie en 2008 et celle de 1973, nous permettant d’ailleurs de voir Maya.

La série prend légèrement ses distances à travers un ou deux éléments, mais ce n’est pas suffisant pour être complètement emballé, car on sait déjà ce qui va se passer. Cela doit être bien plus plaisant pour tous les autres, surtout que le casting confirme ce que le pilote avait laissé voir, soit une équipe vraiment solide, et convaincante.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire