Cate essaye de gérer du mieux qu’elle peut sa rupture avec Ryan avec qui elle doit continuer à travailler, mais ses nerfs sont mis à rude épreuve lorsqu’elle doit assister avec lui pour les besoins de la radio à un salon sur le mariage et que Baze, qui cherche toujours à prouver qu’il est le seul homme légitime dans la vie de sa fille, s’invite à l’événement. Quant à Lux, plutôt déprimée, elle a rendez-vous avec Jones, sans savoir que c’est Baze qui a tout arrangé.

Serais-je tombé dans une boucle temporelle ? N’a-t-on pas déjà vu cet épisode la semaine dernière ? Le combat de gorilles, l’engueulade entre deux portes, la crise de larmes… Baze a donc à nouveau un problème avec Ryan, qui plus est toujours le même (la voiture) ce qui tendrait à le rendre légèrement obsessionnel, il perd toute faculté de raisonnement et s’incruste à une émission radio pour jouer les machos. C’est la même chose dans le même ordre. Et pour continuer dans le déjà vu, Cate se retrouve coincée entre les deux et finit par être prise en faute par Ryan qui lui balance deux, trois vérités bien senties en lui jetant un regard dégoûté. A croire que les scénaristes ont tellement aimé leur épisode de la semaine dernière qu’ils ont décidé d’en rajouter une couche !

Mais il y a pourtant une composante différente, car autant l’épisode dernier nous montrait une Cate qui ne récoltait que ce qu’elle mérite, autant cette semaine on frôle l’acharnement. Travailler avec le type que vous deviez épouser et qui vient de vous larguer tout en continuant à prétendre que vous êtes le couple le plus heureux du monde est certainement un must en matière de torture tout comme devoir raconter votre demande en mariage devant une assistance aux anges en gardant son sourire. Cet épisode est celui où on se prend d’affection pour Cate, qui encaisse vaillamment tous les revers possibles, jusqu’à l’ultime affront, une robe de mariée en cadeau. C’est péniblement douloureux à regarder et on en viendrait presque – ô surprise – à souhaiter que Ryan craque et revienne en courant. Cette série me transforme en midinette de 12 ans, c’est abominable !

Du coup, c’est le personnage de Baze qui devient insupportable. Infantile, mesquin, égoïste, Baze n’est clairement pas de ces hommes qui ressortent grandis d’une compétition. Ryan, en revanche, si. Et c’en est presque décevant. Ce garçon si droit et si vertueux, si attentionné et plein de bon sens, frôle la perfection au point qu’on aurait presque envie de le prendre en grippe. Mais la série réussit, en une scène, à réconcilier les deux personnages et par là même, à nous réconcilier avec eux.

Et puis comment en vouloir à Baze, le seul père au monde à encourager sa fille à sortir avec un quaterback ! Toutefois, la série semble avoir du mal à créer une relation tangible entre le père et la fille alors qu’à l’inverse la relation mère/fille était trop appuyée. Ce qui me fait dire que vu ce qui a été mis en place jusqu’ici, Cate se lamente beaucoup sur sa rupture avec Ryan mais semble s’accommoder assez bien du départ de sa fille. Finalement, le lien parental le mieux illustré dans cet épisode est celui entre Ryan et Lux qui permet de pointer du doigt la fonction si délicate de l’ex-beau-parent. Leur scène finale est un assez joli moment.

Du côté de l’intrigue de Lux, on sort pour une fois des sentiers battus de l’adolescence meurtrie au profit d’une escapade romantique. Le problème, c’est que l’histoire est cousue de fil blanc d’où un intérêt très relatif. Aucune surprise, aucune tension et par conséquent aucune attente, autant accélérer, ce serait aussi bien !

Quoi qu’il en soit, l’épisode, malgré le côté toujours très pauvre des intrigues de Lux et son aspect répétitif général, n’en reste pas moins très sympathique, même si la série s’éloigne de plus en plus de son côté chronique sociale pour s’orienter vers la dramédie sentimentale. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose tant que ça garde ce niveau.

avatarUn article de .
2 commentaires