Jones invite Lux à un bal de promo. C’est le moment que choisit Bug pour revenir dans la vie de la jeune fille, bien décidé cette fois à lui prouver qu’il tient à elle. Baze est ravi de voir sa fille sortir, mais Math lui rappelle les conséquences de son bal de promo, 15 ans plus tôt. Baze doit alors se résoudre à avoir LA conversation embarrassante avec sa fille. De son côté, Cate cherche à se réconcilier avec sa fille et accepte l’invitation de Math à chaperonner la soirée.

Un bal de promo ! Qui n’aime pas les épisodes avec les bals de promo ? L’occasion pour tout le monde de porter de jolis vêtements, de laisser parler ses sentiments et de se couvrir de ridicule devant une salle comble. Life Unexpected n’échappe pas à la règle et y ajoute un soupçon de nostalgie et d’humour. Si l’épisode repose encore sur les mêmes ficelles, il se débrouille cependant pour être très sympathique.

Et pour une fois Lux est au cœur même de l’intrigue. Comme il fallait s’y attendre, Bug revient pile au moment où la relation entre Jones et Lux démarre et bien évidemment, ça crie, ça pleure et comme on est au bal de promo, ça danse. En baskets. Parce qu’on peut avoir une jolie robe et rester cool, c’est le message éducatif de l’épisode.

Le vrai message lui est plus politiquement correct même si traité d’une façon étrange et au final plutôt décalée : le sexe c’est bien, mais c’est mieux quand on attend. Longtemps. Préférablement de ne plus vivre chez ses parents. L’idée de mettre Baze face à la question est vraiment bonne, c’est clairement le genre de sujet qui révèle toute la maladresse et la bonne volonté du personnage. L’occasion aussi de ramener la sœur de Cate, légèrement timbrée. Au final, ça donne un discours sur les bienfaits de la masturbation, ça change du sermon moralisateur. Qui plus est la série prône l’utilisation de la capote sans en faire des tonnes et la révélation de la sexualité active de Lux s’insère dans un registre tragi-comique assez efficace et non dans une scène larmoyante comme on en voit trop souvent dans les séries pour ados. Cate est d’ailleurs assez silencieuse sur la question et compte tenu de son histoire et de sa tendance à vouloir tout contrôler, c’est plutôt une bonne chose.

Il faut dire que Cate est en plein revival, ce qui lui permet d’évacuer toute la rancœur accumulée au fil des ans en pensant à cet imbécile de Baze. La scène où elle lui avoue ses blessures d’ado et où il essaye de lui faire comprendre qu’il a changé est très bien écrite et comme toujours très bien interprétée. Shiri Appleby montre qu’elle a mûri en tant qu’actrice et c’est une agréable surprise.

Mais ce qui reste amusant c’est de voir que ces deux nouveaux parents qui essayent de se comporter comme tels n’arrivent jamais à se défaire totalement de leur côté adolescent. L’attitude de Baze avec Jones en est un exemple assez drôle et la thématique même de l’épisode en est l’illustration parfaite.

Les scénaristes n’en oublient pas Math, le bon copain gentil et sensible, mais attachant qui a, lui aussi, droit à sa minute souvenir avec son amour de jeunesse, Cate, décidément très touchante cette semaine.

La série continue donc à rendre plus humaine cette pauvre Cate, tout comme elle l’avait fait en début de saison avec Baze ce qui rend leur dynamique plus profonde et plus sincère. La scène finale joue d’ailleurs clairement sur l’évolution de leur relation.

Comme on est dans une série pour ados, ne l’oublions pas, on a tout de même droit au joli moment romantique où Bug, transformé en prince charmant, vient danser avec sa belle. C’est dommage pour Jones, même si on devine un classique triangle amoureux pour les épisodes à venir.

Au final, en faisant appel aux souvenirs des personnages et en jouant sur leur évolution, la série offre un épisode bourré de charme et d’humour qui se savoure avec beaucoup de plaisir.

avatarUn article de .
4 commentaires