Life Unexpected – Turtle undefeated (1.05)

Suite au déballage humiliant de sa vie au lycée, Lux propose d’organiser une fête dans l’appart’ de Baze et en délaisse ses amis de longue date. De son côté, Cate est jalouse de la relation entre Lux et Baze et essaye d’être plus cool et Baze veut attirer des clients au bar en organisant des courses de tortues.

Avant toute chose, s’il y a une scène à retenir de cet épisode c’est le moment où Baze se moque de sa fille en faisant une petite danse de la victoire avec ses petits poings relevés en tout début d’épisode. Si Baze est le personnage le plus attachant de la série, ce n’est pas seulement parce que l’écriture l’avantage, mais surtout parce que Kristoffer Polaha sait à merveille jouer le mec immature, drôle et touchant.

Pour ce qui est de l’épisode en lui-même, la série se contente une nouvelle fois d’appliquer sa formule gagnante et on a beau se dire que tout ceci est un peu trop mièvre et un peu trop facile, le cœur est à la bonne place et on ne peut s’empêcher de sourire et de trouver tout ce petit monde terriblement mignon, ce qui est, à peu de choses près, la réaction souhaitée compte tenu de la cible.

Avec ses rites obligés de l’adolescence, Lux est un peu la Martine de Portland. Après « Lux fugue », « Lux ment à son école » et « Lux se dispute avec sa mère », voici « Lux organise une fête avec de la bière » ! Les leçons d’apprentissage sont un peu forcées et au bout de 5 épisodes, la gamine apparaît comme le personnage le plus faible du trio familial, la faute en grande partie à ses amis de la rue dont la présence semble assez artificielle. Les scénaristes essayent avec eux d’ancrer Lux dans une véritable réalité sociale, mais si l’idée est bonne, voire nécessaire, elle est exécutée avec beaucoup de maladresse.

Du coup, ce sont les parents qui en profitent. Chacune des nouvelles aventures de Lux est l’occasion pour Cate et Baze de prendre les devants de la scène. Aujourd’hui Cate découvre qu’elle n’est pas drôle. Mais Shiri Appleby si. Il suffit de la voir danser à la fête de Lux dans sa robe rouge moulante et de l’entendre dire que « ouh, la bière, ça monte vite à la tête »… Malgré tout, elle reste assujettie à son rôle de mère et, comme les fois précédentes, quelqu’un viendra finalement lui dire qu’elle fait un boulot génial. Que quelqu’un l’inscrive au concours national, il doit bien y en avoir un ! Cette fois c’est Baze qui le lui dit, ce qui renforce clairement la cellule familiale.

Et puisqu’on est dans la famille, Cate profite du retour de complicité avec le père de sa fille pour l’aider à régler ses problèmes relationnels avec son propre père. Baze, fils mal aimé, père en devenir, ex-amant complice, joue sur tous les tableaux et le personnage s’étoffe encore un peu plus. Comparativement, avec le même temps de présence, Cate n’est pourtant qu’au stade d’ébauche, ce qui me fait dire que les scénaristes ont le béguin pour leur héros. Je peux les comprendre, mais il faudrait peut-être donner sa chance à Cate et, surtout, filer quelque chose à faire à cette bonne poire de Ryan. On ne met pas « And Kerr Smith » en fin de crédit, comme s’il était la caution star, pour ne lui donner que trois lignes de dialogues. Là, il a fait les gros yeux parce que sa fiancée est un peu trop proche de son ex. C’est peu. Mais il le fait bien, hein !

Finalement, ce nouvel épisode, s’il est plaisant, me conforte dans l’idée que la série peut faire mieux, parce qu’elle a de bons acteurs, des personnages sympathiques et des scénaristes pas trop mauvais, il suffirait juste d’une petite étincelle.

avatarUn article de .
5 commentaires