Longmire Saison 5 : Dépassé par son temps

Walt Longmire est un homme qui n’accueille pas chaleureusement le changement. Comme on le lui rappellera durant cette saison 5, il est né à la mauvaise époque et il n’est plus vraiment en phase avec son temps. C’est ce qui faisait son charme au début de la série. Maintenant, c’est en quelque sorte ce qui cause sa perte.

Cette cinquième saison de Longmire continue donc d’étendre son histoire – reprenant exactement là où la précédente s’est arrêtée – en conservant un rythme peu soutenu, mais cela ne veut pas dire que tout reste figé. En fait, quand on prend un peu de recul et que l’on écarte les premiers enjeux dramatiques rapidement désamorcés, il est surprenant de constater tout ce qui change réellement en une dizaine d’épisodes.

Le plus étonnant est d’observer combien Walt (Robert Taylor) se retrouve de plus en plus isolé. Là où la série fonctionnait en grande partie parce qu’il portait à bout de bras ses proches, il est surtout question de voir ces derniers voler de leurs propres ailes à présent. Même Vic (Katee Sackhoff) sera de façon surprenante encouragée à s’engager dans une voie où Walt n’est pas invité à la suivre.

Dans ce sens, avoir Henry (Lou Diamond Phillips) et Cady (Cassidy Freeman) qui se retrouvent à prendre des décisions qui créent une scission importante avec Walt est certainement ce qui s’impose comme étant le cœur de cette saison 5. Rarement ces deux personnages n’avaient eu l’espace pour grandir à ce point.

L’idée que le shérif soit écarté parce qu’il est rattrapé par son époque et que, contrairement à ceux qui l’entourent, il s’obstine à rester figé dans ses convictions apparait être étonnement à sa place dans une telle série.

Cela dit, le monde de Longmire continue de tourner autour de sa figure centrale et voir le vieux shérif se déconnecter progressivement du reste donne l’impression dans cette saison 5 que la fin est proche. C’est d’ailleurs quelque chose qui se ressent bien au-delà de l’évolution de la conjoncture dans le comté d’Absaroka. La formule du show apparait se diluer doucement. Chaque épisode n’est plus articulé autour d’une nouvelle investigation, un sentiment de continuité prend toujours plus le dessus et renforce l’idée que Walt n’a plus autant le contrôle des choses.

La métamorphose de la série est donc intéressante, en particulier parce que ce qui définissait le charme de Longmire au point de départ était son anachronisme. Maintenant que ses erreurs passées et ses méthodes le poussent vers la sortie, Walt est forcé d’envisager le futur.

C’est sur ce contraste que cette saison 5 se termine. Ces 10 épisodes apparaissent dès lors former une transition qui doit nous mener vers une conclusion inévitable pour Walt Longmire. La question qui se pose maintenant est de savoir si le bon vieux shérif réalisera ce qu’il doit faire pour survivre et agira en conséquence ou s’il va simplement s’éloigner et disparaitre au loin sous le soleil couchant du Wyoming.