2007. Widmore va faire passer un dangereux test à Desmond. 2004. Desmond travaille pour Widmore et doit transporter Charlie jusqu’à la maison de son patron, mais le musicien a d’autres plans.

Les épisodes centrés sur Desmond ont toujours été à part, que ce soit au niveau de leur construction que de leurs thèmes. C’est donc une légère déception quand, au départ, cet Happily Ever After semble se contenter de nous jouer une fois de plus la vie version flash sideways. Heureusement, les évènements vont prendre une tournure inattendue et entre Charlie et Daniel, Desmond pourrait bien trouver la voie qui démêlera cette saison.

2007. The Island. On reprend donc après l’arrivée de Desmond sur l’île. Là, Widmore précipite la réalisation d’un test. On nous montre combien c’est dangereux avec peu de finesse, mais il faut faire vite, car il y a des choses à raconter. Quoi qu’il en soit, le test se lance…

2004. Los Angeles. La majorité de l’épisode va donc se dérouler ici, dans cet univers parallèle dont nous ignorons la finalité. Desmond est ce qu’il ne pouvait pas être, celui qui partage le fameux whisky de Widmore. Il est le meilleur des employés et doit se charger de Charlie Pace. Ce dernier a rendez-vous pour jouer un concert avec Daniel Widmore. Bref, un simple transport, mais le musicien est presque mort dans l’avion et cela lui a ouvert les yeux : il a vu l’amour.

Une thématique qui a sa place ici, car c’est toujours ce qui anime Desmond. Étonnement, Penny n’est pas dans le tableau, mais Charlie va trouver le moyen de partager sa vision avec Desmond, envoyant celui-là sur une voie qu’il n’aurait pas imaginée. Mais surtout, le voilà sur la route d’Eloise. Cette femme en a toujours su beaucoup plus que tout le monde et sa façon de réagir laisse clairement entrevoir la possibilité qu’elle sache exactement ce qui se passe. Cette rencontre va alors donner une dimension nouvelle aux flashs sideways, montrant qu’ils sont réellement liés à la première ligne temporelle, qu’ils ne sont pas uniquement là pour nous offrir une vision de ce qui aurait pu être. Il y a une force derrière cela et Faraday en a lui aussi eu un aperçu.

Sans l’île, il n’est pas devenu scientifique, mais musicien. C’est donc une surprise de découvrir qu’il rêve de concept physique qu’il n’aurait jamais dû saisir. Ça et la vision de Charlotte qui sera un déclencheur pour lui. Le fait qu’il ait l’air de toujours autant planer crédibilise le tout. Quoi qu’il en soit, lui, il connait Penny et le Grand amour impossible de la série qui avait fini par se réaliser, est de nouveau en route.

La saison vient clairement de passer une étape majeure, et ce n’est pas dans l’univers où on l’attendait. En fait, ce qui se déroule sur l’île semblait être ce qui comptait véritablement, mais désormais, il apparait que la seconde ligne temporelle trouve enfin un rôle à jouer.

Cet épisode Desmond a donc délivré son lot d’éléments clés, peut-être pas sous la forme de réponses brutes (ce n’est jamais réellement le cas dans la série), mais il est difficile de nier l’importance des derniers évènements, même en ignorant leurs conséquences. On pourrait dire qu’il était temps que ça se produise.