Peggy est sollicitée par le Père Gill pour l’aider dans un projet, Joan aide Harry dans la lecture de scripts et Betty va servir une nouvelle fois à son insu à Don pour son travail, ce qui ne sera pas du goût de cette dernière..

L’ambiance est toujours assez froide entre Betty et Don, suite aux révélations de Jimmy Barrett’s. Enfin plutôt du côté de Betty, Don ayant toujours le même comportement de mâle dominateur, chef incontesté dans sa maison, tout comme à son travail. Mais une nouvelle manipulation de sa part vis à vis de son épouse afin de servir ses ambitions professionnelles, va faire craquer cette dernière, et le faire tomber au final de son piédestal. Pendant ce temps, Peggy aide à nouveau le Père Gill dans son projet de promotion du prochain bal des adolescentes de la paroisse, sans pour autant éviter de se sentir troublée comme à chaque fois en la présence du prêtre qui semble avoir compris qu’elle cache un lourd secret qui lui pèse. De son côté Joan donne un coup de main dans la lecture de scripts de shows télévisés à Harry, tâche dont elle va s’acquitter parfaitement et qui va lui procurer une certaine fierté personnelle. Sentiment de bien être qu’elle va perdre assez vite tant la société des hommes où elle n’est qu’un instrument, fait de la résistance en continuant d’imposer ses choix…

Un épisode encore une fois parfaitement écrit, et qui donne enfin le beau rôle aux personnages féminins, et surtout à deux principalement, jusqu’alors cantonnés dans des rôles de poupées. Avec Joan tout d’abord, qui est utilisé à d’autres fins que celle d’être la parfaite secrétaire en chef, ce qui permet aussi de la découvrir en dehors de son lieu de travail avec son futur mari, et pas que dans une chambre d’hôtel en maîtresse du patron ou avec une amie en chasseuses d’hommes comme la saison passée. Ensuite avec Betty qui prend véritablement de l’ampleur en faisant exploser son carcan de parfaite Barbie femme d’intérieur imposé par ce cher Don, qui va lui permettre de dire ce qu’elle ressent à son mari, allant même jusqu’à lui interdire de revenir dans sa propre maison. Les quelques prémisses de révolte et de comportements instables évoqués au cours de la première saison, avec notamment le mémorable pétage de plomb avec le voisin, n’étaient que les signes prometteurs d’une Betty qui ne veut plus subir, et qui tient enfin tête à son époux infidèle. En espérant que cela se confirme par la suite. Et pour finir Peggy, qui avait déjà eu droit à quelques épisodes centrés sur sa personnalité, et qui cette fois encore a du mal à gérer ses émotions et son terrible secret. Ces trois histoires de femmes où s’entremêlent campagne de pub pour Heineken, shows télévisés et bal de l’église, étant encore une fois la preuve parfaite de la difficile place qu’avaient les femmes dans cet univers dirigé exclusivement par des hommes et pour des hommes…

Toujours aussi riche en intrigues, ce huitième épisode, permet donc à deux personnages jusque là sous exploités de prendre enfin de l’épaisseur, tout en ouvrant encore une fois pas mal de possibilités pour la suite et à la fin de saison qui se rapproche à grands pas. En espérant que tout cela s’avère exact. Début de réponse dans 15 jours, la semaine prochaine AMC préférant se concentrer sur les nominations aux Emmy Awards de sa série phare…

avatarUn article de .
0 commentaire