Mad Men – My Old Kentucky Home (3.03)

Peggy, Smitty, et Paul sont obligés de travailler le week-end, tandis que Pete, Ken, Harry et Don, accompagnés de leurs moitiés, se rendent à la fête organisée par Roger et Jane. De son côté, Joan reçoit chez elle le supérieur et le collègue de Greg.

Un samedi festif pour les uns, une journée de travail pour les autres. On va naviguer ainsi entre les différents univers, chacun composé de ses moments de joie et de malaise.

Don et Betty se rendent donc à la « country club party » organisée par Roger et Jane. Là, il retrouve Pete, Ken, Harry, leurs femmes et d’autres invités pour une journée ensoleillée. Il est assez clair que Don n’a pas envie d’être là, et ce n’est pas à cause du spectacle raciste organisé par Roger – et appuyé par la fameuse « My Old Kentucky Home« .  Cela le mènera à parler du passé avec un invité. C’est là l’une des différentes scènes qui mettront Don et Betty dans des situations qui finiront étrangement par les rapprocher. C’est le style Mad Men, dirons-nous. Composer un tableau à coup de pièces disposées tout du long de l’épisode pour nous offrir une chute presque inattendue, mais pourtant si prévisible.

L’épisode précédent se terminait par une image de la famille au complet, et l’évocation, par Jane, de la rupture, nous rappelle qu’il n’y a pas si longtemps, le couple n’était pas si proche. De ce fait, voir Roger et Jane ensemble, alors que tout le monde en rigole, et entendre parler du mariage d’amour de Rockefeller, semble nous présenter lentement le moment où Don et Betty apparaissent comme ayant retrouvé leur amour perdu – même si, connaissant Don, il n’était pas très loin.

Ils étaient donc revenus ensemble pour le bébé, et avant que celui-ci ne vienne au monde cette réunion dépasse les exigences des conventions de l’époque.

Les conventions, justement, Joan va, de son côté, sentir leur poids. Alors qu’elle et Greg reçoivent le supérieur de ce dernier et un de ses collègues, une révélation désagréable rejoindra des allusions qui ne l’étaient pas moins. Dans quoi s’engage-t-elle ? Greg ne lui a visiblement pas tout dit, notamment sur son avenir professionnel, alors qu’elle est sur le point de quitter Sterling Cooper. « Pas de bébé », c’est un conseil d’Irene Ettinger que Joan ferait bien de suivre, car son avenir ne s’annonce plus vraiment aussi confortable qu’il y a encore peu de temps. Ce futur mariage parfait pourrait bien devenir un cauchemar. La saison dernière, on nous a montré ce que Joan pouvait endurer pour s’assurer un avenir prospère, mais maintenant que ce dernier ne semble plus autant sécurisé, que va-t-elle faire ?

Et pendant que tout le monde festoyait faussement, à Sterling Cooper, Peggy, Smitty, et Paul travaillent. Enfin, c’est vite dit, car un coup de téléphone plus loin, voilà Jeffrey (Miles Fisher) et sa cargaison de marijuana. Un évènement inattendu dans les bureaux de l’agence, mais qui permettra à Peggy et Paul de se révéler de façons différentes à d’habitude.

Pour Paul, il s’agit de finalement explorer son passé. On le connait très à gauche, pour ne pas dire trop à gauche pour l’époque – liberal, en tout cas. On le découvre légèrement honteux de ses origines, ce qui révèle un certain complexe qui l’a poussé à s’éloigner de ce qui pouvait les lui rappeler. Certes, il prouve que malgré ça, il est cultivé, mais il y a surement encore beaucoup de choses à raconter sur ses années Princeton et même avant.

Peggy : I am so high.

Peggy, elle, va – contre l’avis de sa nouvelle secrétaire très maternelle, Olive – fumer de la marijuana. Tout le monde est surpris, car on ne peut pas dire qu’elle ait la réputation de quelqu’un qui ferait cela, mais sa volonté à prouver qu’elle n’est pas ce qu’on dit d’elle, et qu’elle peut faire comme les hommes avec qui elle travaille, vont la pousser à  se décontracter un peu. Elle en ressortira avec une assurance légèrement inconsciente, mais aussi des idées. Cette saison est-elle pour elle celle des expérimentations ?

Pour finir, il nous reste à évoquer une petite mésaventure qui a pris place chez les Draper. Sally a volé 5$ à son grand-père qui les cherche alors partout. Elle finira par les rendre, rongée par la culpabilité. Une expérience qui parait la rapprocher encore plus de son grand-père et qui pourrait bien leur être bénéfique à tous les deux.

My Old Kentucky Home est un épisode assez dense, comme toujours, mais également léger – ce qui est moins commun. En tout cas, il contient des scènes véritablement mémorables, dont certaines qui n’étaient là que pour appuyer encore plus le folklore de l’époque (Pete et Trudy sur la piste de danse). Le tout forme donc un épisode divertissant qui allie la complexité des relations des personnages de la série avec une époque faite de changements.

N.d.A : Le mariage de Nelson Rockefeller a eu lieu le 4 mai 1963.