Mad Men – Tea Leaves (5.03)

avatarun article de :
publié le :
5 avr 2012 à 8:48
votre opinion :
4 commentaires

Mad Men 5x03

Betty a pris du poids et son médecin l’envoie chez un spécialiste pour savoir si elle a un cancer ou non. Don doit entrer en contact avec les Rolling Stones pour une pub pour Heinz. Peggy est chargée de recruter un nouveau rédacteur.

Betty fait son grand retour et elle a pris du poids. C’est un problème pour elle et ça la mènera chez un médecin qui envisagera un cancer de la thyroïde. Si toute la situation semble être un moyen de masquer la récente grossesse de January Jones, il est avant tout question de l’intégrer dans la thématique de l’épisode, celle qui est récurrente depuis la saison dernière et qui fait ici un retour tonitruant : Don, Roger et maintenant Betty, ils vieillissent.

publicite

Ce n’est pas foncièrement une mauvaise chose, surtout quand cela donne à Betty Francis sa meilleure storyline depuis… qu’elle porte le nom Francis. Elle était devenue réellement exécrable, mais la voir aussi fragile lui permet de gagner soudainement en humanité, de redevenir un personnage avec lequel il est possible de connecter. C’est probablement le retour le plus intéressant que Betty pouvait avoir, même si son intégration dans l’épisode manque occasionnellement sérieusement de finesse. Le montage est habituellement moins rigide, ce qui est à certains moments irritant, mais c’était la première réalisation de Jon Hamm, on peut facilement lui pardonner quelques maladresses (elles sont vraiment peu nombreuses).

Cela dit, il n’y avait pas besoin d’une alternance aussi prononcée entre la storyline de Betty et celle de Don pour comprendre que les deux étaient plus que liées. Ainsi, une simple soirée dans les coulisses d’un concert des Rolling Stones pousse Don à réaliser à quel point il est déconnecté des jeunes, mais surtout, il rencontre une adolescente qui pourrait bien être Sally dans quelques années et cela le préoccupe. Il pense que si Betty n’est plus là, il ne parviendra pas à s’occuper convenablement de ses enfants et ceux-ci pourraient alors être perdus. Il est intéressant que dans une telle situation, ce n’est pas réellement le sort de Betty qui l’inquiète, mais celui de ses enfants. C’est assez révélateur du fait qu’il a laissé son premier mariage derrière lui, alors que Betty voit toujours en lui le rocher auquel elle peut s’accrocher. Malgré ça, il faut reconnaitre que la relation de cette dernière avec Henry parait plus solide qu’auparavant, ce qui n’est clairement pas une mauvaise chose.

Quoi qu’il en soit, à Sterling Cooper Draper Pryce que ce soit pour Don ou Roger, l’âge se fait sentir et le futur est déjà en place ou vient tout juste de passer la porte. Donc, pour Roger, son opposition avec Pete monte encore d’un cran pour finir par être réduite au point où il est surtout question pour le second d’éviter que le premier parvienne à rester pertinent au sein de l’entreprise. Pete pousse son patron vers la porte de sortie, comme le fera peut-être un jour Michael Ginsberg, le jeune rédacteur que Peggy doit recruter et qui s’annonce plein de talents. Une nouvelle génération entre dans la place, admirant l’ancienne, mais désirant laisser sa marque.

Mad Men semble toujours avoir été au sujet de l’évolution de la société dans les années 60, mais ça n’a jamais été aussi important qu’en ce début de cinquième saison. L’agence se diversifie à tous les niveaux et entre dans une nouvelle ère où les vieux de la vieille cherchent à ne pas devenir obsolètes. Cela entraine les personnages à légitimement s’inquiéter pour des sujets qui ne les concernaient véritablement pas il y a encore peu de temps. Don, Roger et Betty ont toujours des choses à dire, mais leurs voix pourraient bien rapidement être étouffées par celle des jeunes qui les entourent.

Plus d'informations sur la série
sur le site de notre partenaire.

Laissez un commentaire

©2006-2014 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress.
89 queries. 0,632 seconds.