Mad Men - The Color Blue (3.10)

L’agence Sterling Cooper va célébrer ses 40 ans, alors que les anglais entament de nouveaux plans. Don poursuit son aventure avec Miss Farrell, tandis que Betty découvre des documents sur le passé de son mari. Au bureau, Paul et Peggy travaillent sur un nouveau projet.

Le début de saison était très orienté sur l’agence, mais dernièrement, l’accent a été mis sur Betty, Don et leurs relations extraconjugales. Pour être honnête, c’est avec un certain plaisir que j’ai vécu le retour de Sterling Cooper sur les devants. Il y a là des personnages vraiment intéressants qui ne demandent qu’à être développés. Certes, ici on se concentrera sur Paul et Peggy, mais Lane Pryce – qui fut certainement le meilleur ajout de la saison – va également trouver sa place, pour le plus grand plaisir de sa femme.

Il faut dire que l’on apprend que le règne britannique est sur le point de toucher à son terme. Lane a fait un tel travail que l’entreprise est dans un état impeccable pour être revendue. On voit bien que le concerné n’est pas très ravi par cela, car si sa moitié ne pense qu’à rentrer à Londres, lui il apprécie la considération qu’on lui porte en Amérique.

Tout ceci est là pour lancer la fin de saison, car il ne reste que 3 épisodes après celui-ci, ce qui explique surement le timing de la découverte de Betty. Son histoire avec Henry n’a plus rien à donner, il fallait donc lui fournir de quoi rebondir. C’est alors, par une pure coïncidence qu’elle tombe sur une clé qui lui fournira l’accès à des papiers sur le passé d’un certain Dick et sur Don. Bien entendu, elle ne peut rien y comprendre, mais le retour de cette storyline qui servait à bâtir le mystère Don Draper durant les deux premières saisons n’est pas anodin, bien au contraire.

Mais en attendant que Don voie son univers bousculer au travail et à la maison, il continue d’entretenir sa relation avec la charmante Miss Farrell. C’est alors que Danny (Marshall Allman), le frère de sa maitresse entre dans le tableau. Il est épileptique et sa condition l’handicape pour trouver un bon travail. Certes, Suzanne l’aide, mais lui ne veut pas passer sa vie dans un job minable parce que personne ne veut comprendre sa maladie. D’abord refroidi par cette présence, Don va alors décider de s’impliquer, comme s’il ne voulait par reproduire l’erreur qu’il a commise avec son propre frère. Le plus étonnant est le fait qu’il semble vraiment s’attacher à Suzanne, trouvant certainement chez elle de quoi compenser la distance qui s’est installée entre lui et sa femme.

Pour finir avant de conclure, car je les ai un peu oubliés, Paul et Peggy se font la guerre au travail. Enfin, c’est Paul qui le voit ainsi. Il perçoit clairement les qualités que possède sa collègue et qui lui font défaut. Il ne voit pas qu’ensemble ils sont meilleurs que séparés, comme le montrera leur dernière scène. Il est aussi vrai que sans lui, Peggy trouvera toujours quelqu’un pour donner les premières pistes qu’elle n’aura ensuite qu’à développer pour faire fonctionner sa magie. Dommage que, comme souvent, Paul n’ai pas le droit à plus d’approfondissement. De même, voir Peggy exceller au travail semble nous détourner de ce qui fut lancé pour elle durant la première moitié de la saison.

Quoi qu’il en soit, cet épisode renoue avec des éléments assez forts, que ce soit les secrets du passé de Don ou les incertitudes sur le futur de l’agence. Une bonne façon de recentrer notre intérêt sur ce qui a le plus de potentiel à bien des niveaux et qui va probablement alimenter les trois derniers épisodes de la saison.