Don et Pete sont en Californie pour le travail, mais le premier va très vite préférer profiter des plaisirs « locaux », sans se douter de ce qui se passe à New York…

On avait laissé la semaine dernière nos deux amis, Draper et Campbell dans l’avion qui devait les amener à une Convention sur la technologie spatiale en Californie de Sud, et c’est donc là qu’on les retrouve. Après Superman à New York on a droit cette fois ci à James Oss Bond 117 à Palm Springs. Si la série est annulée, John Hamm n’aura aucun mal a trouver un nouveau rôle. Notre ami va céder au démon de midi, en la personne d’une belle jeunette de 21 ans, sans avoir auparavant pris le soin de faire un petit malaise, alors qu’il découvrait les plaisirs de la Jet Set. Nouvel écart dans sa vie maritale qui le fait rejoindre son ami Roger Sterling qui continue sa crise de jeunisme, en demandant carrément en mariage sa petite « secrétaire », qui bien évidemment va accepter. Et pendant ce temps, soleil ou pas, Pete n’a toujours aucun succès avec les femmes…

A New York, bien que loin de la Jet Set Californienne, ça bouge aussi pas mal au sein de la Sterling Cooper. Duck Philips, suite à un refus pour passer Associé de la part de Roger, contacte d’anciens « amis anglais » et va leur proposer de prendre le pouvoir au sein de la compagnie si ces derniers la rachètent, après avoir goûter à nouveau aux délices de l’alcool. Par ailleurs on assiste au « coming out » de Kurt (du merchandising visuel) qui va semer le trouble dans la petite communauté de machos virils des Mad Men surtout et c’est assez logique chez Salvatore Romano. Kurt qui profitera également d’un rendez vous pour relooker Peggy, qui elle, s’interroge sur son manque de chance avec les hommes…

Et comme chaque épisode est riche en évènements, ce dernier se terminera par le retours de « Dick Whitman » avec Don qui utilise sa vraie identité afin de revoir une personne qui lui est apparemment très chère. Don qui n’a plus trop la tête dans la publicité et dont l’avenir semble assez incertain, un peu comme la dernière image, représentant sa valise devant la porte de sa maison…

Plus que deux épisodes donc pour conclure cette seconde saison, et pas mal de pistes se présentent à nous. Entre l’avenir de la Sterling Cooper et celui d’un bon paquet de personnages récurrents dont Don Draper, ça nous promet de bons moments en perspective. En plus, ce petit voyage hors de New York a eu le mérite de donner un peu d’air frais à la série. Sans oublier, les références à Bob Dylan , William Faulkner et la Guerre Froide qui ajoutent, même si c’est pas grand chose, une petite dose de qualité supplémentaire…

Que dire de plus…

avatarUn article de .
0 commentaire